Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Brillant médaillé d'argent du Super-G olympique, Beat Feuz s'est prêté au jeu de l'interview. Le vice-champion olympique du Super-G ne voit pas au-delà de 2019.

Après la descente, vous avez dit qu'il y avait l'or d'abord et l'argent et le bronze ensemble après. Voyez-vous aujourd'hui une différence entre le bronze et l'argent?

"Lorsque l'on a gagné le bronze, l'argent revêt un côté différent. Mais il y a toujours deux catégories: l'or d'un côté et l'argent et le bronze de l'autre. Quand on en décroche deux différentes, c'est clair que c'est mieux."

Echangeriez-vous vos deux médailles contre celle de l'or de la descente?

"Non, en aucun cas. Je préfère gagner deux médailles qu'une seule."

Contrairement à la descente, vous ne vous attendiez pas à l'or aujourd'hui.

"Aujourd'hui, je n'envisageais aucune médaille. Après, naturellement que j'y pensais, sinon il vaut mieux faire autre chose. Mais cette saison en Super-G je n'ai pas réussi à proposer des courbes optimales. A Kitzbühel j'ai fini 6e sur une piste totalement différente. Le fait de cueillir l'argent dans un événement pareil est forcément génial."

Vous semblez frais malgré une très longue journée hier. Vous n'avez pas dû aller au lit très tôt...

"On est resté dans les limites du raisonnable. Après la cérémonie, on est rentré à l'hôtel. Là j'ai bu deux bières avec mon serviceman et des gens de chez Head. Je suis allé me coucher vers 23h. Mais il m'a fallu un petit moment avant de m'endormir, parce que c'est clair qu'il y avait les émotions. Ce matin j'étais un peu fatigué. Je suis allé en vitesse à la reconnaissance et je suis rentré à l'hôtel. Cet intermède m'a fait du bien. Là j'ai pu retrouver mon calme."

Après la descente, vous avez dit que vous n'aviez pas eu le bon feeling. Etait-ce différent aujourd'hui en Super-G?

"Etonnamment c'était totalement différent aujourd'hui, je me suis senti bien dès la première courbe. C'était facile à skier. Ce fut déterminant. C'est pour cette raison que je ne peux pas expliquer pourquoi je ne me sentais pas totalement dedans à la descente. Physiquement, ce fut totalement similaire. Mais il y a eu un changement sur la piste que je n'ai pas pu gérer."

Dans quatre ans auront lieu les Jeux à Pékin. Avec Beat Feuz?

"J'ai toujours dit que je continuerai jusqu'aux Mondiaux d'Are en 2019. Je suis tenant du titre et je veux être au départ. La suite, je n'en sais rien. Cela dépendra de mon état de santé et voir comment cela se passe du point de vue familial."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS