Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ski alpin - La Coupe du monde messieurs a droit à un menu copieux à Beaver Creek. De vendredi à jeudi prochain, cinq courses sont programmées dans la station du Colorado.
En guise d'entrée, les skieurs en découdront en descente (vendredi 19h en Suisse) et en super-G (samedi 19h). Deux épreuves dont le nom du favori coule de source: Didier Cuche.
Le Neuchâtelois reste, faut-il le rappeler, sur un week-end fastueux à Lake Louise (Can). Sur une piste qui n'est pourtant pas sa préférée du circuit, il avait gagné la descente et terminé 2e du super-G.
A Beaver Creek, Cuche retrouve un de ses tracés fétiches. Pour preuve, ses chronos à l'entraînement et, surtout, les six podiums qu'il a accumulés jusqu'ici sur la piste des "Oiseaux de proie".
Pourtant, s'il a déjà gagné le super-G dans le Colorado (en 2002), il n'y est jamais parvenu en descente. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé: 2e en 2009, 3e en 2007, 2e en 2006, 5e en 2004, 5e en 2002. Reste à savoir si l'édition 2011 sera la bonne.
Après la vitesse, les skieurs en découdront avec deux géants dimanche et mardi (17h45/20h45). Cuche sera toujours là, mais plus dans le rôle du favori. Cette étiquette revient à l'Américain Ted Ligety, no 1 dans la discipline depuis deux hivers et déjà no 1 cette saison après son succès lors du géant inaugural de Sölden. Un slalom clôturera jeudi le programme.
De leur côté, les Suissesses peuvent enfin lorgner sur le podium. Après deux week-ends dévolus à la technique, les filles entraînées par Mauro Pini retrouvent à Lake Louise, puis à Beaver Creek, leurs disciplines phares: descente (vendredi + samedi) et super-G (dimanche + mercredi).
Cette entame en vitesse est particulièrement attendue par Dominique Gisin. L'Obwaldienne se dit en forme comme jamais. Et elle l'a déjà prouvé. Pour les deux premiers géants de sa carrière en Coupe du monde, elle a bluffé son monde à Sölden (11e) et à Aspen (14e).
Cette mise en bouche terminée, Dominique Gisin peut maintenant s'attaquer à "ses" disciplines. Qui plus est sur une piste qu'elle affectionne, comme en témoigne sa 3e place de l'an dernier au Canada. Bref, tous les signaux sont au vert pour la fille d'Engelberg.
La prudence est davantage de mise pour Lara Gut. Certes, la Tessinoise a brillé le week-end dernier à Aspen, se classant à la 5e place du géant. Le hic, c'est qu'elle a toujours peiné à Lake Louise. Sur une piste défavorisant les petits gabarits, la skieuse de Comano n'a jamais fait mieux que 24e. Reste à savoir si elle trouvera la solution cette année.

ATS