Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - David Beckham a vivement déploré les propos tenus mercredi par le président de la FIFA Joseph Blatter sur le racisme dans le football.
"Je pense, comme d'autres l'ont déjà dit, que ces propos sont consternants, je ne crois pas que ces déclarations soient très bonnes pour notre sport", a déclaré la star anglaise.
Beckham s'est exprimé lors d'une conférence de presse tenue à Los Angeles avant la finale de la Ligue nord-américaine (MLS) entre son club des Galaxy et Houston, dimanche à Carson.
M. Blatter avait indiqué mercredi sur CNN "qu'il n'y a pas de racisme (dans le football) mais peut-être un mot ou un geste déplacé. Et la victime devrait se dire que ce n'est qu'un jeu et serrer la main" de son adversaire. Il avait ensuite nuancé dans un communiqué ces propos, selon lui "mal interprétés".
Jeudi, le Premier ministre britannique David Cameron a jugé "épouvantables" ces propos et son ministre des Sports a appelé le président de la FIFA, âgé de 75 ans, à quitter son poste. Un terrain sur lequel l'ex-capitaine de la sélection anglaise ne s'est pas aventuré jeudi: "Je n'ai pas le pouvoir de dire qui doit partir ou rester à la FIFA et je ne souhaite pas l'avoir".
"Mais il y a du racisme dans le football, a ajouté Beckham. C'est là et on ne peut pas l'ignorer ou régler ça avec une poignée de mains. Ce n'est pas comme ça qu'on doit traiter le sujet du racisme".
Les déclarations de Joseph Blatter interviennent alors que l'attaquant international uruguayen de Liverpool Luis Suarez est accusé par la Fédération anglaise (FA) de paroles racistes à l'encontre du défenseur international français de Manchester United Patrice Evra et que le capitaine de l'Angleterre, John Terry, est l'objet d'une enquête de la FA et de la police pour des injures raciales présumées visant le défenseur des Queens Park Rangers Anton Ferdinand.

ATS