Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Beiersdorf, fabricant de la crème Nivea et des sticks Labello, a confirmé ses ambitions pour cette année. Le groupe allemand a enregistré des résultats financiers au deuxième trimestre encore meilleurs qu'escompté.

Entre avril et juin, son bénéfice net part du groupe a atteint 169 millions d'euros (180 millions de francs), soit un bond de 19% sur un an, selon son rapport financier. C'est un peu mieux qu'escompté par les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui attendaient en moyenne 163 millions.

Au niveau opérationnel également, Beiersdorf a dépassé les attentes avec un résultat d'exploitation (EBIT) en hausse de presque 17% à 253 millions d'euros, contre 246 millions attendus. Le chiffre d'affaires a en revanche légèrement déçu, même s'il a progressé de près de 8% à 1,7 milliard d'euros sur un an.

Des performances flatteuses

Sur l'ensemble du premier semestre, période sur laquelle préfère communiquer le groupe de Hambourg, les performances sont tout aussi flatteuses. Le bénéfice après impôts a grimpé de 10% environ à 351 millions d'euros et le bénéfice opérationnel de 15% à 508 millions, tandis que les recettes ont progressé de 1,4% à 3,4 milliards d'euros.

Le chiffre d'affaires a été tiré par les ventes de cosmétiques, qui ont enregistré une hausse soutenue en Amérique du Nord et en Amérique du Sud et sont restées stables dans les autres grandes régions, alors que la division d'adhésifs Tesa n'a pas fait d'étincelles.

Accélération de la croissance

"C'est le meilleur résultat au premier semestre qu'a jamais atteint Beiersdorf", s'est réjoui mercredi le groupe dans un communiqué. Pour la deuxième moitié de l'année, le patron Stefan Heidenreich table sur une "poursuite de l'accélération de la croissance".

Le groupe a donc pu réitérer sans peine ses prévisions de résultats pour l'exercice en cours. Il attend une hausse de 3 à 5% de son chiffre d'affaires et une marge d'exploitation "légèrement au-dessus de l'an dernier".

ATS