Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bruxelles - Le chef du parti des libéraux flamands qui a quitté jeudi la coalition gouvernementale belge, plongeant le pays dans une grave crise politique, a entrouvert la porte à un nouveau compromis. Il a fixé un ultimatum à jeudi aux responsables francophones.
"Si ceux qui ont brisé la confiance font un effort pour la restaurer, on peut réévaluer la situation", a déclaré Alexander De Croo, leader du parti Open VLD, à la télévision néerlandophone VRT.
Il a fixé aux leaders des partis francophones un ultimatum à jeudi, date de la prochaine réunion plénière prévue du Parlement belge, pour trouver un accord, tandis que le roi Albert II continuait vendredi des consultations avec l'ensemble des chefs de partis.
Les présidents des partis francophones, réunis vendredi sur la chaîne francophone publique La Première (RTBF), se disent prêts à rouvrir les discussions avec l'Open Vld mais n'acceptent pas de nouvel ultimatum.
En place depuis moins de cinq mois, le gouvernement belge dirigé par Yves Leterme a jeté l'éponge à la suite du départ de l'Open VLD. Le roi Albert II s'est toutefois donné le temps de la réflexion avant d'accepter ou pas cette démission.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS