Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les indépendantistes flamands ont réussi leur pari de s'implanter dans toute la Flandre lors des municipales belges de dimanche. Le leader de la N-VA Bart De Wever a lui remporté le scrutin à Anvers. Ces résultats risquent d'ébranler le fragile équilibre politique dans le pays.

Dans l'ensemble de la Flandre, la N-VA fait une percée avec des scores entre 20 et 30%, selon des résultats partiels. Elle réussit donc à s'implanter localement.

Depuis la fin, en décembre 2011, de la plus longue crise politique de l'histoire de la Belgique, une large coalition de six partis (trois flamands et trois francophones) de gauche, du centre et de droite, soutient au niveau fédéral le gouvernement conduit par le socialiste francophone Elio Di Rupo.

Le long blocage politique avait été largement le fait de la N-VA, qui, bien que devenue la première force politique de la Flandre avec plus de 28% des voix, avait préféré rester dans l'opposition face aux formations traditionnelles.

"Nous en avons assez!"

Bart De Wever a su faire fructifier cette position en Flandre en "jouant l'outsider seul contre tous, médias inclus", selon le politologue Dave Sinardet.

Dans son dernier discours de campagne, il avait exhorté samedi les Flamands à "envoyer un message clair" au gouvernement: "Nous en avons assez! Assez d'être pris pour des vaches à lait. Nous n'en pouvons plus de l'immobilisme fédéral. Nous n'acceptons plus la mauvaise gestion économique".

L'objectif affiché de M. De Wever est d'aborder en position de force les législatives prévues en 2014, jugées d'ores et déjà décisives pour l'avenir du pays.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS