Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un contrôleur des transports publics bruxellois a été "tabassé à mort" sur les lieux d'un accident de la circulation samedi. La direction des transports de Bruxelles a réagi en annonçant la suspension du trafic des autobus, des rames du métro et des tramways dans la capitale belge.

Le contrôleur a été "tabassé à mort et conduit à l'hôpital dans un état critique", a-t-elle encore précisé. L'homme, âgé de 56 ans, était en état de mort cérébrale et est décédé peu après. Son agresseur a été interpellé dans l'après-midi, a annoncé le procureur du Roi de Bruxelles, Bruno Bulthé, qui a jugé intolérable ce genre d'actes de "violence gratuite".

Le contrôleur avait été appelé sur les lieux d'un accident entre un autobus et un véhicule privé peu avant 07h00 dans une des communes de la capitale. "A notre connaissance et sur la base des éléments recueillis sur place, il n'y a qu'une seule personne qui a donné des coups", a précisé le magistrat au cours d'une conférence de presse.

"D'une extrême violence"

Le Premier ministre Elio Di Rupo a condamné cette agression dans un communiqué. Il a demandé que le coupable soit traduit rapidement devant les tribunaux et puni "avec la plus grande sévérité". "La violence n'a pas sa place dans notre société, dont l'un des fondements est le respect de l'autre en toute circonstance", a-t-il insisté.

La ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet a pour sa part dénoncé un "acte criminel d'une extrême violence". Elle a annoncé son intention de présenter des mesures pour renforcer la sécurité dans les transports en commun lors d'un conseil des ministres durant la seconde quinzaine du mois d'avril.

ATS