Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ministre allemand de la Justice a annoncé mardi soir le limogeage du procureur général fédéral. Celui-ci avait dénoncé une ingérence du ministère dans une enquête contre deux journalistes d'un blog d'information.

Le ministre social-démocrate Heiko Maas a estimé dans une courte déclaration à Berlin que sa confiance dans Harald Range, le procureur général fédéral, était "durablement écornée". Il l'a démis de ses fonctions "en accord avec la chancellerie".

M. Range, âgé de 67 ans, avait ouvert en mai dernier une enquête préliminaire contre deux journalistes sur un soupçon de trahison de secrets d'Etat, suspendue depuis. L'annonce de cette enquête la semaine dernière a déclenché des réactions courroucées en Allemagne.

Au centre de la dispute figure le blog Netzpolitik.org, spécialisé dans la défense des droits des acteurs du numérique. Il avait publié en début d'année des documents présentés comme les plans de l'Office de protection de la Constitution (renseignement intérieur) pour surveiller internet.

Victime d'ingérence

Le blog a révélé la semaine dernière que M. Range avait lancé une enquête préliminaire pour trahison contre deux de ses journalistes, du jamais-vu depuis le début des années 1960 en Allemagne. La controverse a pris d'autant plus d'ampleur que le même M. Range a récemment renoncé à toutes poursuites dans l'affaire de l'espionnage présumé d'un téléphone portable de la chancelière allemande Angela Merkel par l'agence américaine de renseignement NSA.

M. Range, qui a suspendu l'enquête vendredi, estime avoir été victime de l'ingérence de son ministre de tutelle. "Influencer une enquête parce que son résultat peut ne pas être politiquement opportun est une attaque intolérable contre l'indépendance de la justice", a tempêté le procureur mardi.

"Bien de valeur", la liberté de la presse "n'exonère pas les journalistes du devoir de respecter la loi", selon lui. "Les déclarations (de M. Range) et la méthode choisie aujourd'hui sont incompréhensibles, et donnent au public la mauvaise image" de ce qui s'est passé réellement, a critiqué M. Maas.

ATS