Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

"Tout plaide" pour que les attaques lancées pendant ces campagnes "viennent de Russie" et "des tentatives équivalentes lors du scrutin (du 24 septembre) en Allemagne ne sont pas exclues", a prévenu mardi devant la presse le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière (à droite).

Keystone/EPA/CARSTEN KOALL

(sda-ats)

Les renseignements intérieurs allemands ont mis en garde mardi contre de possibles cyberattaques russes pendant la campagne des législatives fin septembre. Des piratages avaient visé les présidentielles américaine et française.

"Tout plaide" pour que les attaques lancées pendant ces campagnes "viennent de Russie" et "des tentatives équivalentes lors du scrutin (du 24 septembre) en Allemagne ne sont pas exclues", a prévenu devant la presse le ministre de l'Intérieur, Thomas de Maizière. Cette mise en garde intervient à quelques jours du sommet des pays du G20 en Allemagne, à Hambourg, où le président russe Vladimir Poutine sera présent.

Le ministre s'exprimait à l'occasion de la présentation du rapport annuel de l'Office de protection de la Constitution, les renseignements intérieurs allemands. Dans son rapport, l'Office écrit que "des partis ou des personnalités politiques allemands" pourraient être pris pour cible par la Russie et voir leurs "emails confidentiels ou d'autres données sensibles rendus publics à n'importe quel moment".

"Heureux avec un autre chancelier"

On peut imaginer que le président russe Vladimir Poutine "serait heureux avec un autre chancelier" qu'Angela Merkel a dit le patron du Renseignement intérieur, Hans-Georg Maassen. La chancelière est favorite pour décrocher un quatrième mandat consécutif.

M. de Maizière a rappelé les attaques informatiques subies en 2014 et 2015 par le Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, et également attribuées aux services secrets russes.

Selon lui, les attaques potentielles pourraient prendre diverses formes, dont certaines très "classiques de désinformation, avec des mensonges et des demi-vérités afin d'influencer l'opinion publique". Il faut opposer à cela "la sérénité, le calme, établir la vérité et présenter des faits", a-t-il dit.

Les renseignements allemands ont accusé à plusieurs reprises les services secrets russes de mener des campagnes internationales de cyberattaques à des fins d'espionnage et de sabotage.

ATS