Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sion - La détention à domicile de Bernard Rappaz a coûté un peu plus de 44'000 francs, soit environ 1460 francs par jour. La facture sera adressée au chanvrier, a indiqué ce vendredi au Grand Conseil valaisan la conseillère d'Etat Esther Waeber-Kalbermatten.
Le détenu valaisan a passé une trentaine de jours en détention dans sa ferme de Saxon (VS). Cela a occasionné essentiellement des frais de surveillance par une société habilitée pour un montant de 42'000 francs environ. Le reste se répartit entre les contrôles de police et le matériel pour sécuriser le périmètre.
Dans le cadre de deux interpellations urgentes issues des rangs de la droite, la cheffe du département de la sécurité, des affaires sociales et de l'intégration a encore précisé que Bernard Rappaz devrait aussi assumer une partie des coûts induits par son hospitalisation à Genève et à Berne. Soit en tout quelque 16'000 francs.
Interpellée par les élus sur l'alimentation forcée, Esther Waeber-Kalbermatten n'a pas pu indiquer comment elle serait pratiquée. "La Cour européenne des droits de l'homme n'exclut pas qu'elle puisse être menée dans le respect de la dignité humaine", a-t-elle toutefois précisé.
La conseillère d'Etat a affirmé être soutenue par l'ensemble du gouvernement valaisan dans ses décisions et ses options dans cette affaire. Elle a rappelé que "la grève de la faim en milieu pénitentiaire soulève beaucoup de problèmes et que la législation en la matière est lacunaire".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS