Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quelque 2000 personnes ont manifesté samedi à Berne contre l'islamophobie. Les protestataires ont dénoncé les "discriminations croissantes" dont sont victimes les musulmans en Suisse. Un minaret gonflable avait été installé sur la place fédérale à côté de la tribune.

Parmi les orateurs, le président du Conseil central islamique (IZRS) Nicolas Blancho a harangué l'assemblée depuis l'estrade où figurait en grandes lettres jaunes ISLAMOPHOBIE. Lettres qui ont été renversées une à une lorsque la foule a clamé plusieurs fois "non" à sa question: "Voulez-vous que l'interdiction des minarets soit maintenue?".

Une autre oratrice, Lauren Booth, journaliste britannique convertie à l'islam il y a un an et belle-soeur de l'ex-premier ministre Tony Blair, a dénoncé les clichés véhiculés par les médias. Elle s'est dit déçue par Berne, où elle dit avoir ressenti des regards agressifs en se promenant au centre-ville avec son hijab.

Pointe de l'iceberg

Les musulmans ne doivent pas être traités comme des citoyens de seconde classe, a souligné M. Blancho. L'interdiction des minarets ne serait que la pointe de l'iceberg, selon l'IZRS, avec des discriminations en hausse dans le monde du travail ou en matière de logement par exemple.

Quant aux agressions verbales, elles sont "quotidiennes", avec une tendance "en forte hausse", écrit le conseil, qui affirme documenter depuis cette année systématiquement les cas d'islamophobie. Un paquet de mesures est nécessaire de la part de la Confédération afin de lutter contre ce phénomène, selon lui.

Bon nombre des manifestants portaient une étoile jaune où figurait "musulman", rappelant la persécution des juifs par les nazis. D'autres organisations musulmanes, la Fédération des organisations islamiques de Suisse (FOIS) et la Coordination des organisations islamiques de Suisse (KIOS), avaient jugé immorale et blessante l'utilisation de ce symbole historiquement chargé et pris leurs distances avec la manifestation.

ATS