Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Quelque 10'000 manifestants ont transformé les rues du centre-ville de Berne en fête dans la nuit de samedi à dimanche, en suivant des chars diffusant de la musique, à l'image de la Street Parade. Leurs revendications: plus de souplesse dans la réglementation de la vie nocturne, trop sévère à leur goût.

Il s'agit de la plus grande manifestation de la jeunesse bernoise depuis les années 1980, selon les observateurs. La police n'a pas donné d'indications sur le nombre de manifestants, mais un journaliste de l'ats l'a estimé à plus de 10'000 personnes.

Les participants de cette manifestation festive ont voulu protester contre les restrictions imposées à la vie nocturne dans la capitale fédérale, trop nombreuses selon eux. Les banderoles étaient toutefois rares.

Jusqu'à tard dans la nuit

Les jeunes ont dansé jusqu'à tard dans la nuit: à 01h30 dimanche les rues de Berne étaient encore pleines de monde et la manifestation, non autorisée, battait toujours son plein.

Les participants se sont dispersés au petit matin. Non sans danser une dernière fois: un concert surprise du groupe bernois Patent Ochsner s'est déroulé sur les coups de 05h00 devant la Reithalle.

Les organisateurs, qui demeurent anonymes, ont lancé un appel à manifester sur les réseaux sociaux. Les gérants de la Reithalle, ainsi que des propriétaires de bars et de restaurants se sont joints à l'appel, de même que des partis de gauche et plusieurs groupes d'intérêt. En cette soirée estivale, l'appel a été entendu.

Palais fédéral sprayé

La manifestation s'est mise en route vers 21h15 depuis la Reithalle, non loin de la gare, a constaté l'ats. La police a toutefois décidé de ne pas intervenir, a-t-elle fait savoir. Elle s'est limitée à marquer sa présence en uniforme et à régler la circulation.

Aucun incident majeur n'a éclaté le long du parcours de la manifestation. Un bon nombre de bâtiments ont toutefois été sprayés, dont le Palais fédéral.

ATS