Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a reçu mardi une délégation de sans-papiers au Palais fédéral. Ces derniers avaient sollicité une rencontre pour demander l'admission collective de plus d'une centaine de personnes. Mme Sommaruga n'a pas pris d'engagement.

La cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) s'est contentée de réceptionner la liste de noms, a indiqué sa porte-parole Christine Stähli. Le département n'entreprendra pas d'autres démarches, a-t-elle précisé.

Les sans-papiers ont uniquement la possibilité de s'adresser aux cantons et de demander la légalisation de leur séjour dans des cas de rigueur. La Confédération ne peut rien y changer ni accélérer les choses.

Manifestation à Berne

La rencontre a duré une heure. Tandis que les six sans-papiers accompagnés d'un assistant suisse discutaient avec la conseillère fédérale, une cinquantaine de leurs camarades manifestaient à l'aide de banderoles, de tambours et de casseroles devant l'aile ouest du Palais fédéral.

Les sans-papiers ont également occupé mardi après-midi le secrétariat général du Parti socialiste à Berne, ont-ils indiqué. Le but était d'alerter "un des derniers partis à ne pas se laisser avoir par la politique migratoire xénophobe de l'UDC", mentionne le communiqué.

Dignité humaine

La principale revendication des sans-papiers est leur régularisation collective, comme elle s'est par exemple faite sous le nom d'"amnistie" en Italie. Seule une légalisation de séjour leur permettrait une vie dans la dignité en Suisse, estiment-ils.

Une autre demande est une nouvelle politique de la migration, avec l'abandon du modèle dit des deux cercles. Selon eux, Berne ne devrait pas faire de distinction entre ressortissants de l'Union européenne et ceux d'autres Etats.

Lors d'une conférence de presse organisée dans les locaux du PS, le défenseur des sans-papiers Philippe Blanc a déclaré que Mme Sommaruga n'avait fait aucune promesse. Malgré cela, la rencontre avec la conseillère fédérale a été un succès, estime-t-il. Selon lui, la cheffe du DFJP reconnaît l'engagement du mouvement des sans-papiers.

ATS