Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Etats étrangers ont soupçonné des cas d'évasion fiscale dans les places financières helvétiques l'année dernière malgré une nette baisse du nombre de demandes d'assistance administrative (archives).

KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

(sda-ats)

La Suisse a reçu l'année dernière nettement moins de demandes d'entraide administrative concernant des affaires fiscales. Le nombre est passé à 18'164 contre 66'553 en 2016. Les Pays-Bas ont déposé le plus de requêtes, devant l'Autriche et la France.

L'Espagne et l'Allemagne se trouvent en quatrième et cinquième positions, a indiqué lundi l'Administration fédérale des contributions (AFC) sans toutefois donner de chiffres détaillés par pays. La Suisse a de son côté déposé 18 demandes d'entraide administrative.

La baisse de plus de deux tiers du nombre de requêtes entre 2016 et 2017 s'explique par le dépôt de demandes en bloc ("bulk requests"), dont une émanant de la France et portant sur 40'000 personnes en lien avec la banque UBS.

Dès cette année, la Suisse échange automatiquement des données bancaires avec 38 Etats, dont les pays de l'Union européenne. Il est difficile de dire pour l'instant si cette nouveauté aura des effets sur le nombre de demandes d'entraide administrative.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS