Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pékin/Berne - La Suisse et la Chine ont célébré mardi le 60e anniversaire de leurs relations diplomatiques, en inaugurant une exposition de photos commune. Elles ont salué ces relations et estimé qu'elles allaient encore s'améliorer, malgré des conceptions différentes des droits de l'homme.
Cette exposition, baptisée "happy@60", est composée de portraits de sexagénaires suisses et chinois. Elle a été inaugurée à Berne par la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey et la vice-ministre chinoise de la culture Zhao Shaohua. A Pékin, le vernissage a eu lieu en présence de l'ambassadeur de Suisse, Blaise Godet, et de la vice-ministre chinoise des affaires étrangères, Fu Yin.
Dans un discours, Mme Fu a relevé qu'en 60 ans, les relations sino-suisses ont connu "de nombreux moments mémorables, tout comme des passages difficiles". Interrogée par l'ATS, elle a estimé que ces relations allaient encore s'améliorer, en raison notamment de "beaucoup de complémentarités dans nos modèles économiques".
Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a rappelé que les relations diplomatiques nouées le 14 septembre 1950 avaient "posé les jalons des bons rapports qu'ils entretiennent aujourd'hui et qui sont placées sous le signe de la diversité et du dynamisme".
La Suisse est le premier pays à avoir engagé avec la Chine, en 1991, un dialogue régulier sur les droits humains, axé sur différents domaines prioritaires, a indiqué le DFAE.
Interrogée sur l'agacement du gouvernement chinois lorsque Berne aborde les questions sensibles - comme le Tibet, le Xinjiang ou les droits humains -, Fu Yin a estimé que "le gouvernement parle au nom de ses citoyens. S'il dit qu'il n'est pas d'accord, ça signifie que le peuple chinois n'est pas d'accord".
Concernant les droits humains, la vice-ministre a expliqué que son gouvernement jugeait la question "très importante", mais que sa perspective diffère de celle de l'Occident. "Les gens qui n'ont pas de chauffage en hiver, qui ne peuvent pas aller à l'hôpital pour se faire soigner... voilà les préoccupations de la Chine en matière de droits humains", a-t-elle dit.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS