Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Interdiction d'importation, mise en place de zones tampon, davantage de spécialistes: Berne prend des mesures pour empêcher le capricorne asiatique de se propager en Suisse. Cet insecte importé dans du bois d'emballage et des pierres, représente une grave menace pour la flore indigène.

Plusieurs larves ont été retrouvées ces derniers mois à Fribourg, en Thurgovie et dans la zone portuaire près de Bâle. A cet endroit, la contamination a atteint "une certaine envergure", a indiqué l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) lundi.

Une zone de surveillance intensive et une zone tampon ont été définies autour du foyer en accord avec les autorités cantonales de Bâle-Ville et Bâle-Campagne. Le bois coupé doit être broyé sur place et incinéré. Davantage de spécialistes opéreront dans la région.

Collaboration internationale

Berne veut en outre empêcher toute nouvelle importation en Suisse de bois d'emballage contaminé. Une notification obligatoire pour les importations de pierre en provenance d'Asie pourrait être introduite. Le renforcement de la collaboration avec d'autres pays affectés en Europe est envisagé.

Le coléoptère est régulièrement retrouvé en Europe dans du bois d'emballage ou des plantes en provenance d'Asie. En Suisse, le capricorne asiatique a été découvert pour la première fois en septembre dernier dans le canton de Fribourg.

Il s'attaque aux feuillus et les tue en quelques années. Il est considéré comme particulièrement dangereux par l'ordonnance sur la protection des végétaux.

ATS