Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le ministre de la santé Alain Berset est prêt à agir pour adapter TARMED (archives).

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Médecins, hôpitaux et caisses maladie ont jusqu'au 30 juin pour s'entendre sur une réforme de la tarification médicale TARMED. Or, après cinq ans de négociations, aucune solution n'est en vue. Le ministre de la santé Alain Berset leur accorde un nouveau délai.

"C'est une phase difficile", relève dans un entretien diffusé dimanche par Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung le conseiller fédéral, mais le socialiste entend tout de même mener des entretiens avec les différentes parties. "Je constate aussi qu'une révision de la structure tarifaire est souhaitée par tout le monde", souligne-t-il, sans préciser quel sera le nouveau délai.

Une réforme de TARMED a été présentée, mais elle a été rejetée la semaine dernière par les membres de la Fédération des médecins suisses (FMH). Ceux-ci s'opposent à la neutralité des coûts, qui est exigée par le Conseil fédéral. "TARMED a été introduit en 2004 dans sa forme actuelle. Cela fait trop longtemps qu'il n'est plus adapté à la réalité du terrain", insiste M. Berset, qui précise vouloir rester "optimiste".

Le gouvernement est "prêt" à agir en cas d'échec: "Je suis persuadé que nous pouvons rapidement intervenir de manière ciblée", poursuit le ministre de la santé. Il cite comme exemple le cas des médecins de famille en 2014, pour lesquels les points de compétences intellectuelles ont été rehaussés au détriment des manipulations techniques.

ATS