Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le brasseur néerlandais Heineken a publié pour le premier trimestre un bénéfice net en hausse de 13,7% en glissement annuel, tiré notamment par une hausse des volumes de bière vendus en Afrique et au Moyen-Orient. Le groupe confirme ses prévisions pour 2012.

Le bénéfice net s'est établi à 175 millions d'euros (210,3 millions de francs) sur les trois premiers mois de 2012, également porté par des éléments exceptionnels. Le chiffre d'affaires a, lui, atteint 3,83 milliards, en hausse de 6,8% à périmètre constant et légèrement supérieur aux prévisions des analystes interrogés par l'agence Dow Jones.

Baisse en Europe occidentale

Les volumes de bière vendus ont augmenté dans la plupart des zones géographiques où opère Heineken, l'Europe occidentale étant l'exception avec une baisse de 1,8%, a précisé l'entreprise mercredi. La hausse a été particulièrement forte en Afrique et au Moyen-Orient, où les volumes vendus ont crû de 15,8%.

Heineken a toutefois rappelé que le premier trimestre, qui couvre principalement des mois d'hiver dans l'hémisphère nord, où le groupe réalise la majorité de ses ventes annuelles, est "moins significatif" que les autres trimestres de l'année en termes de chiffre d'affaires et de volumes de bière vendus.

Matières premières plus chères

Le groupe a confirmé ses prévisions pour l'année 2012 et indiqué s'attendre à une hausse du prix des matières premières estimée à 6% par hectolitre de bière.

Fondé au XIXe siècle à Amsterdam, Heineken produit et vend plus de 200 marques de bière et cidre, dont Heineken, Strongbow ou Amstel. Le groupe emploie près de 70'000 personnes à travers le monde.

ATS