Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les organisateurs des Fêtes de Genève ont tiré un bilan positif de la manifestation, qui se terminait dimanche. Les manèges ont fait le plein, la pluie s'est faite discrète et les visiteurs étaient contents. Seule ombre au tableau: l'avenir des fêtes est incertain.

Ni le directeur des Fêtes de Genève Christian Colquhoun, ni le patron de Genève Tourisme Philippe Vignon, n'ont voulu parler de la prochaine édition de la manifestation, en 2016. Des discussions avec la Ville de Genève sont en cours, ont simplement indiqué les deux responsables.

La forme actuelle des Fêtes de Genève est remise en cause à plusieurs niveaux. En Ville de Genève, c'est le conseiller administratif Guillaume Barazzone qui veut repenser le concept. Une initiative a par ailleurs été lancée et sera déposée à la fin du mois. Elle demande des fêtes plus courtes et moins gigantesques.

Ces incertitudes sur l'avenir de la manifestation ont quelque peu éclipsé le bilan positif des Fêtes pour l'édition écoulée. La fréquentation a été sans équivalent. Jusqu'à 20'000 personnes ont ainsi parfois été comptées en une seule soirée au Jardin Anglais, ont fait savoir les organisateurs.

Le public a aussi bien répondu à la thématique de l'agriculture et du terroir, choisie cette année. Le 11e slowUp à travers la campagne genevoise a rassemblé plus de 14'000 amateurs de mobilité douce, alors que le grand feu d'artifice, samedi, a réuni près de 500'000 spectateurs autour de la rade et de ses environs.

ATS