Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi a été élue députée de la chambre basse du parlement, selon les médias d'Etat lundi. Le parti de la lauréate du prix Nobel de la paix 1991 a nettement remporté les élections législatives partielles organisées dimanche en Birmanie.

La Ligue nationale pour la démocratie (LND) a remporté au moins 40 des 44 sièges qu'elle briguait. Les résultats dans les cinq autres circonscriptions, sur les 45 en jeu, seront annoncés plus tard.

Le parti avec lequel Mme Suu Kyi a fait toute sa carrière politique comptera donc au moins 35 députés, sur un total de 440, ainsi que trois représentants de la chambre haute et deux de chambres régionales. L'opposante espère que ce scrutin, certes symbolique mais historique par son caractère pluraliste, marquera le début d'une nouvelle ère.

Victoire du peuple

"Ce n'est pas tant notre triomphe que celui du peuple, qui a décidé qu'il devait s'impliquer dans le processus politique de ce pays", a-t-elle déclaré aux partisans de la LND rassemblés devant le siège du parti à Rangoun.

"Nous espérons qu'il s'agit du début d'une nouvelle ère, dans laquelle le peuple jouera un rôle plus grand dans les affaires politiques de notre pays. Nous espérons que tous les partis qui ont pris part à ces élections accepteront de coopérer avec nous pour créer un environnement réellement démocratique dans notre nation", a ajouté Aung San Suu Kyi.

Dès dimanche, des milliers de partisans avaient hurlé leur joie et chanté jusque tard dans la soirée devant le quartier général du parti, au centre de la capitale économique du pays.

Peu d'irrégularités

Des irrégularités avaient été constatées par les observateurs, de pays occidentaux ou de l'Asean (Association des nations de l'Asie du Sud-Est), sans qu'elles soient pour autant qualifiées de graves.

"Quelles que soient les irrégularités que nous avons constatées, elles ne semblaient pas découler de mauvaises intentions. Elles relevaient plutôt d'un manque d'expérience ou de connaissance", a déclaré une déléguée de l'UE.

ATS