Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des milliers de personnes ont accueilli dimanche Aung San Suu Kyi lors d'un déplacement dans le sud de la Birmanie. L'égérie de l'opposition s'y trouvait pour soutenir son parti avant les élections partielles du 1er avril, scrutin clé pour tester la sincérité des réformes du nouveau régime.

"Si nous allons dans la bonne direction, de nombreuses possibilités s'offriront à notre pays. Nous sommes impatients de les saisir", a déclaré la lauréate du prix Nobel de la paix, elle-même candidate aux législatives pour la première fois de sa carrière.

"Vous êtes notre coeur", proclamaient des banderoles agitées par ses partisans portant des T-shirts frappés du logo de sa Ligue nationale pour la démocratie (LND).

Les habitants s'étaient déplacés en masse pour apercevoir en chair et en os la leader de l'opposition libérée de résidence surveillée en novembre 2010. Mme Suu Kyi effectuait dans la région côtière de Dawei son premier déplacement de campagne en dehors de Rangoun.

Des scènes inimaginables

Après son premier discours dans la ville de Dawei, des milliers de personnes ont suivi le cortège qui la menait de village en village. Des enfants en uniformes scolaires l'acclamaient sur son passage.

Des scènes inimaginables il y a encore un an, lorsque la "Dame" de Rangoun, détestée par le généralissime Than Shwe, leader de l'ancienne junte aujourd'hui à la retraite, était marginalisée. Elle a passé la majeure partie des vingt années précédentes privée de liberté.

Mais depuis, la junte au pouvoir pendant près d'un demi-siècle s'est autodissoute en mars 2011 et a transféré ses pouvoirs à un nouveau gouvernement "civil", contrôlé par d'anciens militaires.

Cette nouvelle équipe a multiplié les réformes spectaculaires ces derniers mois, libérant notamment des centaines de prisonniers politiques et permettant le retour de Suu Kyi au coeur du jeu politique.

ATS