Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'opposante birmane Aung San Suu Kyi a remporté un siège de députée pour la première fois de sa carrière politique, lors d'élections partielles historiques. Ce résultat, donné par son parti, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), tombe bien avant les résultats officiels.

"Aung San Suu Kyi a remporté 82% des voix" dans la circonscription rurale de Kahwmu, a déclaré un cadre de la Ligue, tandis que des centaines de partisans de l'opposante hurlaient leur joie et chantaient devant le siège du parti, à Rangoun.

Selon le responsable, la lauréate du prix Nobel de la paix aurait remporté la victoire dans tous les bureaux de vote de cette circonscription à deux heures de Rangoun.

Ennemie publique

Considérée il y a encore deux ans comme l'ennemie publique numéro un par la junte alors au pouvoir, Suu Kyi était très largement favorite même si elle affrontait le verdict des urnes pour la première fois.

Après avoir mis un terme à ses derniers déplacements à la suite de problèmes de santé mineurs, elle semblait en bonne forme, tout sourire et à son aise alors qu'elle déambulait, vêtue d'une robe rouge, dans les villages de sa circonscription.

Au total, 45 sièges étaient en jeu dans tout le pays, dont 44 brigués par la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de Suu Kyi: 37 à la chambre basse du Parlement (sur un total de 440), six à la chambre haute et deux dans des chambres régionales.

Irrégularités

Des accusations d'irrégularités sont à nouveau venues dimanche de la LND, qui a dénoncé la présence de cire sur des bulletins à côté du nom de ses candidats. Un procédé qui pourrait faciliter l'annulation de votes.

Des incidents toutefois minimisés par Surin Pitsuwan, secrétaire général de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean), qui a envoyé des observateurs.

"Globalement, les choses se passent bien et il y a beaucoup de plaintes de ce type dans les élections de nombreux autres pays", a-t-il relevé. "Je n'ai rien entendu de sérieux".

ATS