Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Birmanie: plus d'une centaine de morts dans les violences à l'ouest

Plus d'une centaine de personnes ont été tuées en quelques jours dans les violences entre bouddhistes et musulmans, dans l'ouest de la Birmanie. Ces heurts soulèvent l'inquiétude croissante de la communauté internationale qui craint que le processus de réformes ne soit menacé.

Après plusieurs semaines d'accalmie en Rakhine sous état d'urgence, des affrontements ont de nouveau éclaté depuis dimanche entre les bouddhistes de l'ethnie rakhine et les musulmans Rohingyas, une minorité apatride considérée par l'ONU comme parmi les plus persécutées de la planète.

Un porte-parole du gouvernement de l'Etat de Rakhine a fait part d'au moins 112 morts - 51 hommes et 61 femmes. Il a précisé que les victimes étaient à déplorer dans les deux communautés. Il a également indiqué que plus de 70 personnes avaient été blessées et quelque 2000 maisons avaient été incendiées.

Au moins 75'000 personnes, en grande majorité des Rohingyas, avaient été déplacées par la première vague de violence. Des milliers d'autres affluent désormais vers les camps autour de Sittwe, capitale de l'Etat de Rakhine. Des structures déjà surpeuplées où les déplacés manquent de nourriture et de soins.

Hostilité générale

La crise devient problématique pour le président Thein Sein, au pouvoir depuis mars 2011, et qui a depuis multiplié les réformes. L'ancien général a notamment entrepris des négociations avec les rébellions ethniques, dont certaines sont en conflit avec le pouvoir depuis l'indépendance en 1948.

Mais les violences de l'Etat de Rakhine sont d'une toute autre nature. Elles opposent, dans un des Etats les plus pauvres du pays, deux communautés entre lesquelles les tensions existent depuis des décennies et qui ont plongé dans la violence en juin, avec un bilan officiel total de plus de 200 morts, mais qui est probablement sous-évalué.

L'opinion birmane exprime de façon quasi-unanime une grande hostilité à l'égard des Rohingyas, qui sont environ 800'000 en Rakhine, mais ne sont pas reconnus comme une des minorités officielles du pays.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.