Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En Birmanie, une dizaine de rebelles ont été tués dans des affrontements avec l'armée birmane dans une zone frontalière de la Chine. Huit autres ont été capturés, a rapporté dimanche la presse officielle.

L'armée birmane mène des opérations de représailles depuis une attaque rebelle commise la semaine dernière contre une base militaire dans la région de Kogang (nord), dans l'Etat Shan. Près de 50 soldats birmans avaient été tués.

Les combats font rage depuis le 9 février dans cette région, réveillant un vieux conflit en sommeil depuis près de six ans. Les autorités tentent de mettre en place un accord national de cessez-le-feu pour mettre fin aux conflits armés entre le pouvoir central et plusieurs des minorités ethniques du pays.

Doutes sur un cessez-le-feu

Selon le journal officiel "Global New Light of Myanmar", des affrontements ont opposé samedi les soldats birmans à des "groupes renégats" de Kokang qui avaient "infiltré" Laukkai, ville où s'est produite l'attaque de la semaine dernière.

Les combats ont pris fin dans la soirée. L'armée a retrouvé 13 corps de combattants rebelles et saisi près de 100 armes légères, a ajouté le journal.

Des affrontements réguliers ont lieu ces derniers mois dans d'autres parties des Etats Shan et Kachin, au nord du pays, laissant planer le doute sur la capacité de la Birmanie à signer un cessez-le-feu. Le gouvernement officiellement civil, qui a remplacé la junte en 2011, a promis de mettre fin aux guerres civiles.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS