Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Union suisse des arts et métiers (USAM) veut couper les subventions fédérales dont bénéficie la Fondation alémanique pour la protection des consommateurs (SKS). Motif: cette dernière inciterait les Suisses à faire leurs achats à l'étranger.

La SKS a en effet publié une brochure donnant des réponses aux principales questions - taxes douanières par exemple - se posant lors d'achats à l'étranger. Selon elle, ce vademecum n'est en aucun cas une incitation, il est publié avant les vacances d'été, une période durant laquelle les demandes de renseignements à ce sujet augmentent.

Le directeur de l'USAM Hans-Ulrich Bigler ne l'entend pas de cette oreille. Dans une interview publiée dimanche par la "Zentralschweiz am Sonntag", il critiquait vivement l'opuscule, qui témoigne selon lui d'une "pensée simpliste et à courte vue". Il annonce le dépôt de motions lors de la session d'été au Parlement afin de supprimer le quart de million de francs que verse annuellement la Confédération à la SKS.

Contre-attaque

Dans une lettre ouverte publiée mardi, celle-ci contre-attaque et révèle que l'USAM elle-même incite ses propres membres aux achats à l'étranger. Dans le "Journal des arts et métiers" d'octobre 2010, le chef économiste de l'USAM Rudolf Horber encourageait les entreprises suisses à importer davantage directement de l'étranger afin de réduire les coûts de production et compenser ainsi partiellement les taux de change défavorables.

Dans sa lettre, la SKS invite l'USAM à un dialogue constructif. Elle entend éclaircir le cas en dialogue direct avec M. Bigler.

ATS