Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Groupe d'action financière (GAFI) a renforcé ses recommandations pour la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. Il vise désormais aussi la fraude fiscale, mais sans "bouleversement", selon l'Association suisse des banquiers (ASB).

Cet organisme international, chargé de l'élaboration des normes en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, a révisé ses recommandations aux 180 pays - dont la Suisse - qui participent à ses travaux pour répondre aux "nouvelles menaces pour le système financier".

Parmi les principaux changements présentés jeudi figure "la lutte contre le financement de la prolifération des armes de destruction massive", via l'application "systématique" des sanctions financières ciblées, exigées par le Conseil de sécurité de l'ONU, a annoncé le président du GAFI, Giancarlo Del Bufalo, lors d'une conférence de presse à Paris.

2 à 5% de la richesse mondiale

La fraude fiscale a par ailleurs été intégrée dans les champs des infractions prises en compte par le GAFI, qui recommande aussi une transparence accrue, afin d'éviter que les criminels et terroristes ne se dissimulent derrière des personnes morales ou montages juridiques, tels que les "trusts".

Le GAFI rappelle que "le montant des capitaux blanchis" et des crimes "sous-jacents" représente entre 2 à 5% de la richesse mondiale.

Pour l'ASB, l'adoption des recommandations révisées du GAFI n'entraînera "pour la plupart aucun bouleversement majeur" pour la Suisse, nombre d'entre elles étant déjà mises en oeuvre par les banques helvétiques.

Dans sa prise de position, l'ASB reconnaît la nécessité de cette refonte. S'étant toujours montrée sceptique face à une extension du catalogue des infractions préalables aux délits fiscaux (tax crimes), elle se réjouit de voir le GAFI laisser leur définition précise à la discrétion de chaque Etat.

ATS