Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sepp Blatter se tient "à disposition" pour aller témoigner aux Etats-Unis lors du procès pour corruption d'anciens responsables de l'instance mis en cause par la justice américaine.

L'ex-président de la Fifa a fait cette déclaration dans un entretien à l'AFP.

Interrogé pour savoir s'il serait prêt à aller témoigner lors d'un tel procès, M. Blatter a répondu "Oui. Quand on a besoin de moi pour défendre la Fifa, je suis à disposition".

La justice américaine souhaitait que le procès lié au scandale planétaire de corruption visant la Fifa, dans lequel sont impliqués de nombreux ex-hauts responsables du football latino-américain, s'ouvre fin février 2017.

Mais jeudi, le juge new-yorkais en charge du scandale a annoncé qu'il repoussait sa décision quant à la date du procès à New York.

Suspendu huit ans de toute activité liée au football par la justice interne de la Fifa dans le cadre de l'affaire du paiement controversé de 1,8 million d'euros (2 millions de francs) à Michel Platini, suspension ensuite réduite à 6 ans, M. Blatter prépare son appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

L'audience devant le TAS concernant Michel Platini, lui aussi suspendu pour 6 ans, a été fixée au 29 avril, a-t-on appris vendredi.

"C'est une bonne nouvelle de voir que le TAS a avancé avec le cas de M. Platini, a ajouté M. Blatter. Je pense que mon cas sera traité un peu plus tard".

"Je pense que maintenant au TAS, enfin, on va parler de justice et non pas des qu'en dira-t-on. Cela signifie que c'est la justice qui doit démontrer que l'accusé est coupable et non pas l'accusé qui doit démontrer son innocence", a ajouté le Valaisan âgé de 80 ans.

Même si sa suspension n'est pas levée, M. Blatter a confirmé son intention de se rendre en Russie, à l'invitation de Vladimir Poutine, lors de la Coupe du monde 2018.

"J'ai l'invitation d'aller en Russie, j'irai en Russie, a-t-il assuré. Aller en Russie ça ne veut pas dire que je vais aller voir les matches de football. On ne peut pas m'empêcher de voyager. Je vais où je veux".

ATS