Toute l'actu en bref

Le dernier opposant au régime du président Abdulla Yameen à ne pas être en exil ou derrière les barreaux dans cet archipel connu pour son tourisme de luxe, Qasim Ibrahim, chef du parti Jumhooree (JP), a été arrêté.

KEYSTONE/AP The Ocean Agency / XL Catlin Seaview Survey

(sda-ats)

Un blogueur progressiste a été poignardé à mort à Malé, capitale des Maldives plongées dans la tourmente politique, ont annoncé sa famille et ses collègues dimanche. C'est la troisième personnalité des médias à être visée dans l'archipel ces cinq dernières années.

Yameen Rasheed, 29 ans, a été retrouvé dans sa cage d'escalier blessé de multiples coups de couteau à la poitrine et au cou. Il est mort peu après son arrivée à l'hôpital, a déclaré sa famille.

Son blog, "The Daily Panic", réputé pour se moquer de la classe politique, était très populaire dans cet archipel musulman de 340'000 habitants, connu pour son tourisme de luxe.

La victime est la troisième personnalité des médias à être visée dans l'archipel ces cinq dernières années. En 2012, le blogueur Ismail Rasheed, également connu sous le nom d'Hilah, avait été blessé par arme blanche par un assaillant non identifié. En août 2014, un journaliste du groupe indépendant Minivan News, Ahmed Rilwan, a été vraisemblablement enlevé et n'a pas été vu depuis.

Enquête exigée

Mohamed Nasheed, ancien président et chef de l'opposition en exil, a exigé l'ouverture d'une enquête.

"Le président Nasheed exige une enquête avec une participation internationale afin que (le meurtre) ne puisse être passé sous silence comme c'est le cas habituellement", a déclaré son porte-parole.

Opposants sous les barreaux

Les tensions politiques ont redoublé dans l'archipel depuis que l'opposition a échoué fin mars à obtenir la destitution du président du Parlement.

Le dernier opposant au régime du président Abdulla Yameen à ne pas être en exil ou derrière les barreaux, Qasim Ibrahim, chef du parti Jumhooree (JP), a été arrêté.

En 2008, après trois décennies de règne autocratique du demi-frère d'Abdulla Yameen, Maumoon Abdul Gayoom, le multipartisme était entré en vigueur dans l'archipel. Mohamed Nasheed avait alors été élu président, mais avait été renversé en 2012.

Depuis, l'archipel est dans la tourmente, mais le gouvernement résiste à d'intenses pressions internationales. Sous l'égide de M. Nasheed, une coalition de partis de l'opposition tente de résister au régime de M Yameen en vue de nouvelles élections en 2018.

ATS

 Toute l'actu en bref