Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tant l'ex-président, Philipp Hildebrand, que les cinq autres membres de la direction élargie de la Banque nationale suisse (BNS) n'ont effectué de transactions financières contraires à la réglementation en vigueur. C'est ce qui ressort du rapport effectué par le cabinet d'audit KPMG publié mercredi.

Plus rien ne s'oppose par conséquent à la nomination d'un nouveau président et d'un nouveau vice-président du directoire de la Banque nationale suisse (BNS), a estimé mercredi à Zurich le président du conseil de banque Hansueli Raggenbass.

Selon M. Raggenbass, il n'y a plus d'obstacle et la nomination est affaire du Conseil fédéral, comme il l'a dit devant la presse. De son point de vue, il serait souhaitable que ces deux postes soient repourvus assez rapidement, avant que le conseil de banque ne fasse au Conseil fédéral sa proposition pour la nomination d'un nouveau membre du directoire.

Candidats prochainement entendus

Le conseil de banque est actuellement à la recherche du troisième membre du directoire. Une "liste courte" a déjà été établie et les candidats seront prochainement entendus. L'objectif est que le Conseil fédéral puisse désigner le nouveau membre du directoire d'ici la prochaine assemblée générale de la BNS, le 27 avril.

A propos du nouveau règlement sur les transactions effectuées par les membres du directoire, Fritz Studer, membre du conseil de banque a indiqué qu'à l'avenir, les membres du directoire ne pourront plus gérer eux-mêmes leur fortune. Les affaires sur devises seront toujours possibles, mais elles seront soumises à autorisation pour des montants dépassant 20'000 francs.

ATS