Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le président de l'Union des syndicats des polices romandes accuse les autorités d'être responsables du décès d'un détenu à Bochuz (VD), en raison des sous-effectifs policiers et pénitentiaires. Raymond Cosandey rappelle que depuis des années, les syndicats soulignaient ce problème.
Dans "Police", l'organe officiel de la Fédération suisse des fonctionnaires de police, Raymond Cosandey pointe du doigt les autorités politiques "qui poussent après coup des cris d'orfraie et s'indignent du comportement des lampistes que nous sommes".
En cause, selon Raymond Cosandey, le sous-effectif dont souffrent les établissements pénitentiaires. "Il est inadmissible que le nombre de gardiens soit insuffisant pour qu'une cellule puisse être ouverte en tout temps".
Dans sa tribune, Raymond Cosandey rappelle que "depuis des années, nous attirons l'attention (des autorités) sur le fait que la police manque d'effectif".
L'Union des syndicats pointe du doigt l'inertie des autorités: "Vous saviez et vous n'avez rien fait! Vous n'avez rien fait et vous n'assumez rien!", tonne son président.
Un homme interné aux Etablissements de la plaine de l'Orbe (VD) est décédé en mars après avoir mis le feu à sa cellule. Une polémique a suivi concernant la lenteur de l'intervention des forces de police.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS