Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le commandant de l'armée de l'air, Aldo Schellenberger, conserve "pour le moment" le soutien du chef de l'armée suisse André Blattmann, malgré l'affaire du nouveau système de défense sol-air BODLUV. Son acquisition a été suspendue à la fin mars par le DDPS.

M. Schellenberger se retrouve depuis lors sous le feu des critiques. Selon le Tages-Anzeiger et le Bund, le chef de l'armée de l'air n'aurait pas informé correctement ses supérieurs sur l'évaluation du système. Outre la suspension du projet, le conseiller fédéral Guy Parmelin, à la tête du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS), a ordonné une enquête administrative.

"Je peux dire, qu'en ce moment, le commandant de corps Schellenberger garde ma confiance", déclare André Blattmann dans un entretien diffusé mardi par la Neue Zuercher Zeitung. Quant à la véracité des allégations portées à l'encontre de M. Schellenberger, "ce sera clarifié dans le cadre de l'enquête administrative", ajoute M. Blattmann, qui refuse de commenter les appels à la démission.

Le chef de l'armée affirme n'avoir couvert aucun secret devant le ministre de la défense. M. Blattmann reste toutefois vague à propos des problèmes supposés avec les deux évaluations du système de défense sol-air. Il indique que plusieurs clarifications sont menées au niveau du processus d'acquisition et au niveau du fonctionnement du système.

Guy Parmelin avait annoncé le 22 mars le gel du projet de défense sol-air (DSA). Il expliquait vouloir disposer d'une vue d'ensemble de la défense aérienne, notamment l'évaluation d'un nouvel avion de combat, avant de poursuivre ce projet.

ATS