Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paris - Vingt-huit touristes étrangers, dont onze Français, restent bloqués à Potosi, au sud de la Bolivie, au quinzième jour des mouvements sociaux. Plusieurs Français ne peuvent quitter une autre ville de la région, Uyuni, a précisé le Quai d'Orsay.
"Notre consul a été dépêché à Sucre (ville au nord de Potosi) d'où il s'est rendu à Potosi pour permettre à nos compatriotes de quitter la ville", a ajouté la porte-parole adjointe du ministère des Affaires étrangères Christine Fages.
Elle a rappelé que, depuis le 4 août, il est "déconseillé formellement de se rendre dans la région Uyuni - Potosi - Oruro, en raison de mouvements sociaux, parfois violents". Le Département fédéral des affaires étrangères avait indiqué mercredi que plus aucun Suisse n'était bloqué à Potosi à sa connaissance.
Aux barrages tenus par des mineurs, des touristes avaient été refoulés et parfois menacés ces derniers jours. Potosi, ville minière de 160'000 habitants, est paralysée depuis fin juillet par une grève générale, unissant syndicats, secteur privé, mais aussi élus locaux, qui réclament plus d'investissements dans la région.
Le Haut Commissariat de l'ONU aux droits humains a dénoncé de "graves violations" à la liberté de mouvement et à la santé dans la ville andine.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS