Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Environ 500 Indiens amazoniens de Bolivie ont commencé vendredi une nouvelle marche de protestation de 600 km vers la capitale La Paz. Ils s'opposent à un projet routier à travers une réserve naturelle, proposé par le gouvernement socialiste d'Evo Morales.

Les marcheurs se sont rassemblés à Trinidad, capitale de la province de Beni, et ont entamé leur marche en fin d'après-midi, après avoir assisté à une messe a constaté un journaliste de l'AFP. On estime que leur marche devrait durer six à huit semaines.

Zone d'habitat traditionnel

Leur principale revendication porte sur leur refus de la construction d'une route de 300 km - financée par le Brésil - à travers le parc naturel Tipnis, dans le centre du pays, que le gouvernement juge essentielle au développement de la zone et du pays.

La route commencerait dans la région de production de coca du Chapare, bastion politique du président amérindien et ancien cocalero Evo Morales, et se poursuivrait jusqu'au village amazonien d'Ignacio de Moxos (Beni). Sur les 300 km au total, 172 traverseraient le parc naturel Tipnis, riche en biodiversité et que les Indiens revendiquent comme une zone d'habitat traditionnel.

Consultation populaire

Il y a sept mois, une marche identique avait déjà eu lieu, avec comme résultat un veto au projet du président Morales. Ses partisans ont toutefois appelé à une nouvelle mobilisation en faveur du projet.

L'exécutif a finalement proposé une consultation populaire, qui n'a pas encore eu lieu, et le président, qui affrontera les électeurs en 2014, est venu sur les lieux distribuer des cadeaux et des promesses d'infrastructures.

ATS