Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les manifestations à la frontière entre Gaza et Israël dégénèrent souvent en violences (archives).

KEYSTONE/AP/ADEL HANA

(sda-ats)

Les violences à la frontière entre Israël et la bande de Gaza ont fait cinq morts vendredi. Quatre Palestiniens ont été tués à Gaza par l'armée israélienne qui bombarde intensément cette enclave. Un soldat israélien a été touché par balle par des tirs palestiniens.

Il a succombé à ses blessures en marge de manifestations dans le sud de la bande de Gaza, dit l'armée israélienne dans un communiqué. Il s'agit du premier Israélien tué depuis le début, le 30 mars, d'un mouvement de protestation à Gaza contre le blocus israélien.

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis onze ans, a revendiqué trois morts dans ses rangs. La cinquième personne tuée était un civil, ont rapporté les autorités médicales et des habitants. Au moins 120 personnes ont été blessées.

Des boules de feu et des panaches de fumée se sont élevés dans le ciel de Gaza après une série de bombardements israéliens. Les frappes se poursuivent dans la soirée, selon des correspondants de l'AFP.

Chacun doit "s'éloigner du précipice"

Un porte-parole de l'armée israélienne a indiqué que des avions et des chars israéliens ont bombardé vendredi des "cibles militaires dans toute la bande Gaza". Ils répondaient à des "tirs" visant des troupes israéliennes près de la frontière avec cette enclave palestinienne.

Les tirs contre les soldats israéliens ont eu lieu lors de "violentes émeutes le long de la clôture de sécurité qui marque la frontière entre Israël et la bande de Gaza", a affirmé l'armée.

Alarmé, l'envoyé spécial de l'ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a appelé Israël et le Hamas à la retenue. "Chacun dans la bande de Gaza doit s'éloigner du précipice. Pas la semaine prochaine. Pas demain. IMMEDIATEMENT", a écrit M. Mladenov sur son compte Twitter. "Ceux qui veulent provoquer une guerre entre Palestiniens et Israéliens ne doivent pas y parvenir", a-t-il ajouté.

Ballons incendiaires

Depuis le 30 mars, des Palestiniens manifestent régulièrement dans le secteur frontalier pour dénoncer le blocus israélien imposé à Gaza. Ils exigent le retour des réfugiés palestiniens chassés ou qui ont fui de leurs terres en 1948 lors de la création de l'Etat d'Israël.

Plus d'une centaine de Palestiniens ont été tués par l'armée israélienne au cours des affrontements qui ont éclaté lors de certains de ces rassemblements.

Depuis plus d'une semaine, Israël durcit sa réponse aux cerfs-volants et ballons incendiaires lancés depuis Gaza, qui ont mis le feu à plus de 2600 hectares sur le territoire israélien, selon l'Etat hébreu. Ces derniers jours, l'armée israélienne a ouvert le feu en direction de groupes lançant de tels engins.

Le week-end dernier, Israël et le Hamas avaient connu leur plus importante confrontation depuis la guerre de 2014.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS