Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bombardier a cédé à Airbus une participation majoritaire dans son programme CSeries, rebaptisé A220 par l'avionneur européen (archives).

KEYSTONE/AP/FRÈDÈRIC SCHEIBER

(sda-ats)

Bombardier a dégagé un bénéfice brut en hausse de 7% au 2e trimestre, grâce à la croissance des ventes de son pôle ferroviaire. La consommation de trésorerie a été bien meilleure que prévu, permettant au canadien d'espérer être au point mort sur ce poste cette année.

Bombardier est à mi-chemin d'un plan de redressement destiné à améliorer les revenus et les marges à la suite d'ennuis de trésorerie liés au programme CSeries qui l'ont amené au bord du dépôt de bilan en 2015.

Depuis lors, la société de Montréal a cédé à Airbus une participation majoritaire dans son programme CSeries. L'avionneur européen veut réduire les coûts et augmenter les ventes d'un appareil désormais appelé A220.

Sa consommation de trésorerie au deuxième trimestre a totalisé 370 millions de dollars, alors qu'elle était attendue à 532 millions, ont observé les analystes de BMO Capital.

Bombardier a dégagé un excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 336 millions de dollars (quasiment autant en francs), contre 313 millions un an auparavant, a-t-il annoncé jeudi.

"Notre cycle d'investissements massifs étant en grande partie terminé, nous nous concentrons désormais sur la montée en charge de notre production et l'amélioration de notre efficacité opérationnelle pour accélérer la croissance", a déclaré le PDG Alain Bellemare, cité dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires a augmenté de 3% à 4,26 milliards de dollars et la marge d'Ebitda a atteint 7,9%, contre 7,6% un an auparavant.

Bombardier a également confirmé sa prévision d'un chiffre d'affaires de 16,5 à 17,0 milliards de dollars cette année. Le groupe avait relevé en juillet sa prévision de bénéfice consolidé avant intérêts et impôts de 100 millions de dollars, dans une fourchette de 900 millions à 1 milliard de dollars, prenant acte de sa séparation d'avec le programme déficitaire CSeries.

Retour aux bénéfices

Le pôle transports, où se conçoivent et se construisent les trains, a vu ses ventes progresser de 11%.

Bombardier a dégagé un bénéfice net trimestriel de 70 millions de dollars, contre une perte nette de 243 millions un an auparavant, lorsque la société investissait lourdement dans divers segments, dont l'aviation.

"Bombardier étant arrivé au milieu de l'année, il devrait sans aucun problème atteindre voire dépasser ses objectifs de 2018", observe Kevin Chiang, analyste de CIBC Capital Markets.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS