Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des démineurs sont intervenus dimanche sur un chantier de la SNCF à Noisy-le-Sec, en région parisienne pour traiter des engins explosifs de la seconde Guerre mondiale. Ils ont neutralisé deux bombes et en ont fait sauter une troisième, a constaté l'AFP.

Ces trois bombes anglaises de 1000 livres étaient pourvues de charges explosives de 280 kg. L'une d'entre elles était "très détériorée et ne (pouvait) pas être transportée" en raison de son instabilité, a indiqué la préfecture de Seine-Saint-Denis, au nord-est de Paris.

Avant la mise à feu, elle a été ensevelie sous un dôme de plus de 1000 tonnes de sable pour contenir l'effet de souffle. Plus tôt, l'équipe de huit démineurs du laboratoire central de la préfecture de police de Paris (LCPP) avait excavé puis neutralisé les deux autres engins.

8000 habitants évacués

Un périmètre de sécurité de 700 m correspondant à la zone de projection d'éclat a été totalement vidé de quelque 8000 habitants dimanche matin. Quatre cents policiers ont été mobilisés pour évacuer une à une les habitations du périmètre de sécurité à partir de 06H00 du matin.

Le périmètre de sécurité mis en place autour du chantier a immédiatement été levé après la destruction de la troisième bombe permettant la reprise du trafic routier et ferroviaire. En fin d'après-midi, les habitants ont pu commencer à regagner leurs domiciles.

L'importante gare de triage de Noisy-le-Sec avait été la cible d'un bombardement allié massif en 1944 en préparation du Débarquement.

ATS