Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a connu mercredi un accès de morosité généralisée (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a fini sur une note nettement négative mercredi. En décrochant de 1,58%, l'indice des valeurs vedettes, le Swiss Market Index (SMI), a plongé sous la barre des 8000 points, à 8794,94 points précisément.

Tribulations politiques en Italie surtout mais également conflit commercial entre Pékin et Washington ou encore incertitudes autour d'une rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un semblent préoccuper durablement les détenteurs de capitaux.

La performance honorable de Julius Baer sur les quatre premiers mois de l'année n'a pas suffi à inverser la tendance, ni à soutenir le cours du titre.

A New York, Wall Street perdait du terrain en début de séance. Mardi, "Donald Trump a exprimé son insatisfaction au sujet des négociations avec la Chine et Steven Mnuchin a affirmé que les droits de douane sur l'acier et l'aluminium chinois continueraient à s'appliquer", a rappelé Karl Haeling de LBBW, de quoi raviver l'inquiétude des investisseurs.

Accumulation d'interrogations

Selon les analystes de Mirabaud Securities, ce repli s'explique par l'accumulation d'interrogations de divers ordres et mais aussi par des prises de bénéfices "bienvenues", car le Dow Jones n'a pas réussi à se maintenir plus d'un jour en dessus des 25'000 points, un niveau qui lui aurait permis de consolider pour aller chercher les 26'000 points.

Sur le front macro-économique, l'indice suisse de la construction laisse entrevoir une stagnation au deuxième trimestre. En France, le taux de chômage a repris l'ascenseur sur les trois premiers mois de l'année. Le secteur privé en zone euro a ralenti sa croissance en mai et l'inflation britannique s'est étiolée en avril.

Aux Etats-Unis, les stocks de pétrole brut ont enregistré une forte hausse surprise la semaine dernière tandis que la production a atteint un nouveau record, selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

Les ventes de maisons neuves ont baissé de 1,5% à 662'000, après 672'000 en mars et alors que les analystes tablaient sur une baisse à 677'000. Sur un an, les ventes de maisons neuves ont progressé de 11,6%. On attendait encore en soirée la publication en soirée des minutes de la dernière réunion du comité de politique monétaire (FOMC) de la Réserve fédérale (Fed).

Le SMI a fini en recul de 1,58% à 8794,94 points, avec un plus bas à 8766,52 points et un plus haut à 8903,22 points. Le SLI a cédé 1,74% à 1458,02 points et le SPI 1,4% à 10'505,46 points. Sur les 30 valeurs vedettes, seul Sonova (+1%) a terminé dans le vert, au lendemain de ses résultats sur l'exercice décalé 2017/2018.

Vontobel a réduit l'objectif de cours de l'action du fabricant d'implants et appareils auditifs et confirmé "hold", alors que Credit Suisse l'a augmenté avec recommandation "outperform". L'analyste de la banque privée zurichoise pense qu'une grande partie du potentiel du titre est épuisée. Celui du Credit Suisse estime au contraire que le titre reste une des opportunités de placement les plus attractives.

Première pour Julius Baer

Le trio des plus gros perdants se compose de Swiss Re (-3,8%), Julius Baer (-3,4%) et Adecco (-3%). Credit Suisse, ABB, Swatch Group, Lafargeholcim, Clariant, Sika, Roche, Swiss Life et Bâloise ont tous perdu plus de 2%. Nestlé (-0,5%) et Novartis (-0,7%) ont limité la casse.

En l'absence de nouvelle concrète sur le réassureur, les intervenants ont parlé de mouvements techniques.

Julius Baer a franchi pour la première fois de son histoire la barre des 400 milliards de francs de masse sous gestion et étoffé sa marge brute au cours des quatre premiers mois de l'année. UBS a perdu 1,8%.

Sur le marché élargi, Cosmo (-14,2%) a fait face à la déception des détenteurs de capitaux après un camouflet infligé par le gendarme américain des médicaments. La FDA exige des compléments d'information sur le bleu de méthylène MMX développé par le laboratoire transalpin, repoussant ainsi la date d'homologation pour ce produit de contraste destiné aux coloscopies.

Le producteur de composants électroniques Lem (+0,5%) a fini en vert, après avoir comblé les attentes des analystes au terme de son exercice décalé 2017/2018.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS