Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a une nouvelle fois souffert du contexte difficile entre la Corée du Nord et les Etats-Unis ainsi que de nouvelles décevantes venant d'outre-Atlantique (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a subi des pertes marquées jeudi (-0,86%), la dynamique négative s'étant renforcée dans l'après-midi. La tendance générale est demeurée morose sur les marchés, sur fond de regain de tension et de provocations entre la Corée du Nord et les Etats-Unis.

Des données conjoncturelles mitigées outre-Atlantique ont également pesé. L'évolution était également défavorable du côté de Wall Street, où les indices se paraient de rouge foncé.

La crise entre la Corée du Nord et les Etats-Unis dessert le marché des actions, à en croire certains courtiers. Ceux-ci expliquent qu'au regard de la situation actuelle, il faut des "nerfs d'aciers" pour investir dans cette classe d'actif. A contrario, les obligations, l'or et les biens matériels voient leur cote monter.

La publication de données conjoncturelles américaines n'a pas permis de changer la donne, au contraire. Les cours ont renforcé leur baisse en milieu d'après-midi, après une hausse des inscriptions hebdomadaires au chômage et un recul des prix à la production en juillet outre-Atlantique. Ces deux indicateurs ont déçu les attentes.

Sur le marché des changes, le franc se trouvait en phase de stabilisation, un euro s'échangeant contre 1,1334 franc. La devise helvétique, considérée comme valeur-refuge, s'est appréciée sensiblement face à son homologue communautaire ces derniers jours.

Le Swiss Market Index (SMI) n'a pas pu défendre la marque des 9000 points et a évolué dans une large fourchette de près de 100 points. L'indice vedette a perdu 0,86% à 8949,86 points, avec un plus haut à 9045,06 et un plancher à 8948,77. Le Swiss Leader Index (SLI) a cédé 1,08% à 1426,20 points et le Swiss Performance Index (SPI) 0,93% à 10'187,53 points. L'ensemble des valeurs vedettes ont reculé.

Adecco dévisse

Adecco (-6,41%) n'a pas quitté la queue de classement de toute la séance. Le géant du travail intérimaire s'est défendu au deuxième trimestre mais pas suffisamment au goût des analystes, spécialement au niveau de la croissance organique. Avec une progression de 5%, celle-ci s'est avérée bien inférieure aux 6,3% du consensus.

A l'autre extrémité du tableau, Zurich n'a pu faire mieux que perdre 0,4%. Les chiffres intermédiaires de l'assureur ont été bien accueillis. L'adaptation de certaines règles en Grande-Bretagne a causé quelques désagréments, attendus et s'inscrivant dans le cadre des prévisions.

Les poids lourds Novartis (-0,6%), Nestlé (-0,7%) et Roche (-0,8%) ont terminé dans un mouchoir de poche, faisant mieux que l'indice vedette. Aux bancaires, UBS s'est étiolé de 0,7% et Credit Suisse de 1,6%. Julius Baer s'est intercalé entre les deux géants avec -0,9%.

Kepler Cheuvreux a relevé l'objectif de cours de Vifor Pharma, mais a confirmé "reduce". L'analyste estime notamment que le cours actuel est trop optimiste. Le titre figure parmi les plus gros perdants, avec -2,1%. Sonova (-2,1%), Clariant (-1,9%) et Swiss Re (-1,8%) ont également laissé des plumes dans l'aventure.

Arbonia dans le rouge

Sur le marché élargi, les bonnes nouvelles n'ont pas vraiment payé pour les entreprises concernées. Basilea (-4,1%) a augmenté son chiffre d'affaires et réduit sa perte nette. L'entreprise bâloise a légèrement relevé ses prévisions de vente de produits cette année.

Arbonia (-4,92%) a fait état d'un recul du chiffre d'affaires au 1er semestre, mais le bénéfice a nettement augmenté. Les attentes des analystes ont été un peu dépassées pour le chiffre d'affaires et déçues pour le résultat d'exploitation.

Kardex (-2,3) a aussi publié ses résultats intermédiaires. Les entrées de commandes, le chiffre d'affaires et le bénéfice semestriel ont nettement augmenté, mais sont restés un peu inférieurs aux attentes des analystes.

Le groupe bancaire Valiant (+1,2%) a livré une performance semestrielle s'inscrivant dans la limite supérieure des attentes des analystes.

Lastminute.com (+4,1%) fait également partie des rares rescapés. En plus des résultats semestriels, le voyagiste en ligne a annoncé son intention de racheter un tiers de son capital-actions. A cet effet, une assemblée générale extraordinaire sera convoquée en septembre.

Le spécialiste de l'immobilier de luxe Peach Property (+1,6%) a aussi publié ses données partielles, avec une solide hausse du bénéfice.

U-blox s'est replié de 5,2%. Selon certains courtiers, la récente plongée du rival américain Sierra Wireless serait à l'origine de cette baisse.

ATS