Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse n'a pas réussi à sortir de la zone négative jeudi (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a clôturé en baisse jeudi, malgré une tentative de remontée en milieu d'après-midi dans la foulée d'indications américaines meilleures que prévu. Les poids lourds ont toutefois maintenu leur travail de sape.

L'ambiance générale en séance a incité les détenteurs de capitaux à la retenue. L'augmentation inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis en fin de séance a sonné le glas des espoirs de voir l'indice des valeurs vedettes, le Swiss Market Index (SMI), accrocher l'équilibre.

La décision de la Banque centrale européenne (BCE) de maintenir en l'état sa politique monétaire accommodante, largement anticipée, semblait être restée sans effet sur les places financières. Son président Mario Draghi a prévenu qu'il faudra encore du temps avant que l'institution de Francfort-sur-le-Main ne songe à abandonner son approche non conventionnelle.

Le SMI a abandonné 0,47% à 8273,08 points, le Swiss Leader Index (SLI) 0,07% à 1319,55 points et le Swiss Performance Index (SPI) 0,37% à 9046,53 points. Sur les trente principales valeurs de la place zurichoise, perdants et gagnants s'équilibraient.

Poids lourds à la peine

Ce sont donc bien les poids lourds qui ont fait pencher la balance du mauvais côté. Les mastodontes pharmaceutiques Roche (-1,1%) et surtout Novartis (-1,5%) ont miné le terrain. Morgan Stanley a quelque peu rehaussé l'objectif de cours pour ce dernier, mais demeure méfiant sur le titre, avant la présentation des revenus du laboratoire rhénan en 2016.

Galenica (-1,0%) et Actelion (-0,9%) n'ont pas redoré le blason des acteurs de la santé. Le groupe pharmaceutique et exploitant de pharmacies bernois est parvenu à combler les attentes du marché avec ses revenus l'an dernier. Certains moteurs de ventes pressentis peinent toutefois à concrétiser leurs promesses, relèvent des analystes. La direction ne s'est en outre pas montrée loquace sur l'avancement de son projet de scission en deux entités cotées.

La multinationale agroalimentaire Nestlé (-0,8%) a également perdu des plumes, sans indications particulières.

LafargeHolcim (-0,2%) a subi un léger coup de mou en fin de séance, sur des échos de presse concernant l'ouverture en France d'une enquête sur les activités de Lafarge en Syrie préalablement à la fusion des deux géants du béton.

Swiss Life et Adecco en tête

Swiss Life et Adecco (+1,4% chacun) se sont adjugés la victoire d'étape, après avoir tous deux vu leurs objectifs de cours relevés, par UBS pour l'assureur et par Goldman Sachs et JPMorgan pour le spécialiste du placement de personnel.

UBS (+1,3%) a terminé au pied du podium, juste devant les valeurs du luxe Swatch (+1,1%) et Richemont (+0,9%), à la peine la veille. Credit Suisse s'est offert 0,9%. Les bancaires profitaient d'une perspective de relèvement prochain des taux de la Réserve fédérale américaine (Fed), après un discours de sa présidente Janet Yellen mercredi soir.

Sur le marché élargi Arbonia (-2,8%) n'a su remplir les attentes du marché en termes de ventes en 2016. La nouvelle filiale de l'équipementier du bâtiment Looser (-1,7%) a pour sa part essuyé un recul de son chiffre d'affaires l'an dernier. La direction assure que l'intégration suit son cours.

La Liechtensteinische Landesbank (LLB) s'est offert 5% après avoir fait miroiter un bond de 20% de son bénéfice annuel, à 104 millions de francs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS