Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a nettement progressé vendredi. Après une ouverture déjà positive, les gains se sont encore accentués en cours de séance, en particulier grâce aux deux géants pharma Roche et Novartis, qui ont tiré le SMI vers le haut.

Cette réaction technique a suivi les fortes pertes qui ont été essuyées durant la semaine, mais ne les a pas effacées complètement.

Les déclarations de la patronne de la Réserve fédérale américaine (Fed) Janet Yellen, jeudi soir ont rassuré les marchés. Elle n'a fait que confirmer que la hausse du taux directeur pourrait intervenir cette année encore, a commenté un expert.

Globalement, la contribution des banques centrales à la croissance économique et à la reprise des marchés depuis la crise financière a été "colossale", a commenté UBS. Les récentes turbulences ont toutefois jeté le doute parmi les investisseurs quant à savoir si le fait d'inonder les marchés avec des liquidités est vraiment positif pour les actions.

Le climat boursier devrait rester fragile ces prochaines semaines. Des acteurs relèvent que la chute du SMI cette semaine a fortement détérioré l'image chart et que cela programme de nouvelles baisses pour octobre.

Le Swiss Market Index (SMI) a fini en hausse de 2,75% à 8505,94 points. Sur la semaine, l'indice vedette de SIX a tout de même perdu 2,7%. Le SLI a gagné 2,38% à 1246,59 points vendredi et le SPI 2,52% à 8681,18 points. A part Transocean et Aryzta, tous les blue chips ont fini dans le vert.

Lanterne rouge du jour, Aryzta a chuté de 6,1%. Le boulanger industriel a placé avec succès la participation restante de 29% qu'il détenait encore dans Origin. Les titres ont été placés auprès d'institutionnels et l'opération rapporte 228,6 millions d'euros à Aryzta, a indiqué cette dernière vendredi après-midi. Cela n'a pas fourni d'impulsion à l'action.

En matinée, le titre avait pourtant réagi positivement à l'annonce, jeudi soir, de l'intention d'Aryzta de céder le reste de sa participation dans Origin, suscitant des commentaires positifs. On a toutefois critiqué le moment choisi pour cette opération et cela s'est ressenti au niveau du cours de l'action. Avec un recul de près de 40% depuis le début de l'année, l'action Aryzta est de loin celle qui fait la pire performance parmi les trente blue chips. Le groupe publiera par ailleurs ses résultats annuels 2014/2015 lundi.

Transocean (-3,7%) s'est retrouvé en queue de classement, suite à des accusations de corruption dans le cadre du vaste scandale Petrobras au Brésil. La cotation américaine du groupe sis à Zoug a clôturé jeudi sur une chute de près de 5%, après avoir lâché jusqu'à 10% en séance. Dans un communiqué diffusé dans l'après-midi, Transocean a affirmé n'avoir découvert aucun manquement de collaborateurs au Brésil et précisé examiner les accusations liées au scandale Petrobras.

Tous les autres blue chips ont gagné du terrain, en particulier Novartis (+3,3%) et Roche (+2,7%). Ces deux titres avaient reculé la veille et, surtout, mardi, après que la candidate à l'investiture à la présidentielle américaine Hillary Clinton a annoncé un programme pour combattre des prix exorbitants de médicaments aux Etats-Unis.

Ce vendredi, les deux titres ont aussi profité de recommandations Comité des médicaments à usage humain (CHMP), le premier pour l'homologation de son médicament cardiaque Entresto (LCZ696) en Europe et le second pour Cotellic (cobimetinib).

Richemont (+3,6%) a nettement progressé, alors que Swatch (+1,9%) est resté un ton en dessous. Natixis a repris la couverture de Richemont avec la recommandation "buy", contre "neutral" auparavant. Swatch bénéficie de la même note. Dans le cadre d'une étude sectorielle, Berenberg a placé Richemont dans sa liste "Top Pick".

Aux bancaires, UBS a gagné 3,8% et Julius Baer 3,4%, alors que CS s'est contenté de 2,5%. Le Tribunal fédéral a tranché contre l'entraide judiciaire avec la France en cas d'enquête basée sur des données volées. Le Conseil fédéral risque toutefois d'inverser la tendance.

Sur le marché élargi, Airopack a reculé de 4,2% après ses chiffres semestriels. Perfect Holding (inchangé) a aussi publié ses résultats intermédiaires. Zwahlen+Mayr (pas traité) a fait de même. Parmi les gagnants, on relève Conzzeta, Lem, Feintool et Dätwyler, qui ont tous progressé de 4 à 5%.

ATS