Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'assureur Zurich, grâce à des chiffres supérieurs aux attentes des analystes, a été le grand gagnant du jour à la Bourse suisse, avec un bond de 6,7%.

KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

(sda-ats)

La Bourse suisse a clôturé jeudi clairement dans le rouge. Après une ouverture en baisse, elle a ensuite gagné rapidement du terrain, qu'elle a ensuite reperdu en fin d'après-midi. En matinée, les gains ont été mis sur le compte d'une reprise des prix du pétrole.

En fin d'après-midi, ils ont de nouveau nettement reculé. Les variations du pétrole brut sont suivies actuellement avec attention comme baromètre conjoncturel, une hausse redonne confiance et fait monter en conséquence les cours des actions.

Le SMI a clôturé en baisse de 0,66% à 7885,85 points, avec un plus bas du jour à 7847 points et un plus haut à 7972 points. Le VSMI a augmenté d'un bon 7%. Le SLI a perdu 0,80% à 1206,51 points et le SPI 0,40% à 8527,73 points. Parmi les 30 valeurs vedettes, toutes, à l'exception de quatre, ont terminé en baisse.

Les données américaines publiées dans l'après-midi ont peu influencé les Bourses européennes, les Bourses américaines ont toutefois viré au rouge après une ouverture en légère hausse.

En Suisse, les investisseurs ont eu les yeux rivés sur les sociétés qui ont présenté leurs chiffres trimestriels comme Zurich Insurance, Swiss Life, LafargeHolcim ou encore Sunrise. UBS, traité hors dividende, a pour sa part pesé sur l'indice.

Zurich grand gagnant

Zurich (+6,7%) a été le grand gagnant de la journée. La copie rendue par l'assureur a dépassé les attentes des analystes malgré un bénéfice net en chute libre. Les premiers analystes ont déjà relevé leur recommandation.

En revanche, Swiss Life (-1,9%) a cédé du terrain. La compagnie d'assurance-vie a enregistré un recul des primes encaissées de 10% en monnaies locales à 6,68 milliards de francs, un résultat inférieur aux prévisions.

Autre groupe ayant présenté sa performance trimestrielle, LafargeHolcim (-1,4%) a également déçu. Les résultats trimestriels se sont avérés en nette baisse et inférieurs aux attentes. Le cimentier table néanmoins sur une amélioration opérationnelle pour l'ensemble de l'année.

UBS (-5,9%) s'est retrouvée en bas du classement SMI/SLI. Le titre de la grande banque s'en est sorti malgré tout, puisqu'il a été traité hors dividende à 0,85 franc. La banque a annoncé la veille des changements au sein de sa direction en Suisse. L'euphorie est retombée pour Credit Suisse (-1,6%), qui a pris 5% mardi suite à la publication du premier partiel 2016.

Les plus grandes pertes sont revenues à Richemont (-2,6%) et Swatch (-2,2%). Les deux valeurs du luxe ont pâti d'un commentaire négatif de Bernstein, exprimé dans le cadre d'une étude sectorielle.

Swisscom dans le vert

Les poids lourds Novartis (-0,9%), Roche (-0,5%) et Nestlé (-0,2%) n'ont pas été non plus d'un grand soutien. Swisscom (+0,7%), Geberit (+0,3%) et Bâloise (+0,1%) ont été les seuls gagnants, mis à part Zurich.

Sur le marché élargi, Sunrise (+5,4%) a séduit tout particulièrement les investisseurs après les chiffres trimestriels. Les analystes ont applaudi l'amélioration de la rentabilité de l'opérateur zurichois. Schaffner (-0,4%) a en revanche perdu un peu de terrain après avoir essuyé une perte semestrielle.

ATS