Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a clôturé tout juste dans le vert après avoir évolué en baisse le reste de la journée (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

La Bourse suisse a clôturé vendredi tout juste au-dessus de l'équilibre, après avoir passé la majeure partie de la journée dans le rouge. L'indice des valeurs vedettes, le Swiss Market Index (SMI), a gagné 0,02% pour finir à 9019,31 points.

La place helvétique a ainsi réussi à résister à la tendance morose des autres Bourses et notamment de Wall Street qui évoluait en baisse. UBS et Credit Suisse ont focalisé l'attention et terminé chacun aux extrémités de l'indice-vedette.

Dans l'ensemble, le marché baissait, "avec le secteur de la technologie qui poursuivait sa rechute de (jeudi) après-midi, tandis qu'Amazon a nettement manqué les prévisions du marché pour son bénéfice", ont mis en avant les courtiers de Charles Schwab dans une note.

Quelques données macro-économiques sont encore venues alimenter la seconde partie de séance, dans une journée dominée par les résultats d'entreprises. Aux Etats-Unis, la croissance a accéléré à 2,6% au 2e trimestre, mais reste en dessous des attentes. Le moral des ménages a quant à lui légèrement fléchi en juillet.

A la clôture de la Bourse suisse, le SMI a progressé de tout juste 0,02% à 9019,31 points, alors que le Swiss Leader Index (SLI) a cédé à peine 0,02% à 1440,55 points. L'indice élargi Swiss Performance Index (SPI) a pour sa part grignoté 0,01% à 10'263,55 points. Sur les 30 principales cotations, 12 ont reculé, trois ont terminé stables et 15 ont fini en hausse.

UBS et Credit Suisse

UBS (-2,87%) a fini en bas du tableau, malgré un bénéfice trimestriel net en hausse et supérieur aux attentes. Un léger repli du ratio de fonds propres semble être à l'origine du désamour des intervenants, qui ont préféré empocher leurs bénéfices.

A l'autre extrémité, le concurrent Credit Suisse (+3,14%) a clôturé sur une envolée, après avoir rapporté un bénéfice trimestriel en forte hausse. La banque aux deux voiles, désormais à mi-parcours dans l'exécution du plan stratégique triennal, a confirmé l'objectif de réduction de la base de coûts sous 17 milliards de francs fin 2018.

Parmi les autres perdants se trouvaient Clariant (-1,3%), SGS (-1,1%) et Julius Baer (-1%). Les analystes de Credit Suisse ont dégradé la perspective de note de dette du chimiste, actuellement à "low BBB", à "négative" contre "en réexamen" précédemment.

Sika (-0,1%) a fini de justesse dans le rouge. Le chimiste du bâtiment a publié la veille des chiffres semestriels convaincants. Kepler Cheuvreux a relevé son objectif de cours. Pour le 2e semestre, le courtier français table sur une croissance organique et une nouvelle amélioration de la marge EBIT.

Novartis et Roche

Chez les poids lourds, Novartis (-0,1%) a lâché du lest. Son rival Roche (-0,2%) n'a fait guère mieux après avoir obtenu aux Etats-Unis le statut de percée thérapeutique pour son médicament Venclexta contre la leucémie aiguë myéloblastique. La veille, Roche avait dévoilé des résultats trimestriels meilleurs que prévu.

Nestlé (+0,2%) s'est repris en fin de séance. Le géant de l'alimentaire a vu son objectif de cours sabré par une ribambelle d'analystes, au lendemain de ses chiffres au deuxième trimestre.

Sur le marché élargi, Forbo (-5,2%), Cosmo (-1,8% ), APG/SGA (-0,2%), Zehnder (+1,2%), KTM (+2,9%) et Bellevue (+3,2%) ont également dévoilé leurs performances trimestrielles.

Idorsia (+6,7%) a clôturé en forte progression. L'émanation d'Actelion a rempli le critère primaire d'une étude de phase II sur son traitement expérimental contre l'insomnie ACT-541468 (Dora) chez les patients adultes et âgés.

ATS