Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sur l'ensemble de la semaine, le Swiss Market Index (SMI) a progressé de 3,52% (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé sur une note positive vendredi. Les indices ont été soutenus par la forte augmentation des créations d'emplois en février aux Etats-Unis. Avant cette statistique, ils peinaient à trouver une direction claire.

Le SMI a ainsi terminé sur une gain de 0,40% à 8931,85 points, avec un plus haut à 8943,83 points et un plus bas à 8880,40 points. Sur l'ensemble de la semaine, l'indice phare de SIX a progressé de 3,52%. Le SLI a fini vendredi en hausse de 0,43% à 1464,77 points et le SPI a gagné 0,49% à 10'353,92 points. Sur les 30 valeurs vedettes, 27 ont progressé et trois ont reculé.

Les trois perdants sont Logitech (-0,6%), UBS (-0,5%) et Kühne+Nagel (-0,1%). La banque aux trois clés a publié son rapport annuel avec ses résultats 2017 définitifs. Ceux-ci sont marqués par la réduction d'une grosse centaine de millions de francs des résultats opérationnel et net, en raison de nouvelles provisions pour litiges. Les rémunérations du grand patron Sergio Ermotti et du président Axel Weber n'ont pas pâti de ces fâcheux éléments.

Royal Bank of Canada (RBC) a abaissé l'objectif de cours d'UBS et a confirmé "sector perform". L'analyste s'attend notamment à des taux de croissance plus faibles que prévu dans les avoirs sous gestion.

Credit Suisse (+0,5%) et Julius Baer (+0,4) ont gagné du terrain. Pour ce dernier, RBC a réduit l'objectif de cours mais confirmé "outperform". L'analyste table notamment sur une stagnation des avoirs sous gestion cette année, puis à des hausses de 2% à chaque fois en 2019 et 2020.

Aryzta en hausse avant ses semestriels

Aux assurances, le directeur général (CEO) Mario Greco de Zurich Insurance (+0,3%) a vu son salaire ordinaire prendre l'ascenseur. L'ancien patron de Generali ne pourra cependant pas compter cette année sur la généreuse prime accordée au moment de son engagement au printemps 2016, en guise de dédommagement pour n'avoir notamment pas eu la possibilité de réaliser les objectifs à moyen terme fixés par son désormais ex-employeur transalpin.

Sur le podium, Vifor (+2,5%) précède Sonova (+1,6%) et Aryzta (+1,5%). Le boulanger industriel doit publier des résultats lundi sur le premier semestre d'un exercice décalé, pour lesquels la direction a d'ores et déjà émis un avertissement sur bénéfice.

Dans le camp des poids lourds, Nestlé a gagné 0,8%, Novartis 0,3% et Roche 0,1%.

Starrag gagne plus de 13%

Sur le marché élargi, Starrag (+13,3%) a comme promis renforcé sa rentabilité en 2016. Le fabricant de machines-outils a plus que doublé son bénéfice net, grâce en partie à une ristourne d'impôts. La direction se veut optimiste pour l'avenir immédiat.

Schweiter (+2,6%) a aussi fait le point sur une année marquée par de vastes changements dans son périmètre d'activités, entre la cession de ses machines textiles à Rieter et l'acquisition de l'irlandais Athlone Extrusions. La performance finale n'est pas pour déplaire aux analystes.

SFS (+1,3%) a également étoffé ses gains, profitant de l'intégration aboutie de Tegra Medical. La copie rendue pour 2017 a été pour la première fois calculée en fonction de la norme Swiss GAAP FER, en lieu et place d'une IFRS jugée trop contraignante.

La société immobilière Zug Estate (-0,6%) n'est pas parvenue à concrétiser les attentes du marché en termes de rentabilité opérationnelle. Le bénéfice net s'est contracté de près d'un tiers, sous l'effet notamment de revalorisations moins importantes qu'en 2016.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS