Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a fini la semaine sur une bonne note, avec un SMI en hausse de 1,03% (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La Bourse suisse a terminé la semaine en beauté, après avoir fortement reculé précédemment. La hausse des prix du pétrole et la diminution des craintes de voir le Royaume-Uni décider de sortir de l'Union européenne la semaine prochaine ont dopé les cours.

La campagne sur le Brexit s'est arrêtée au lendemain de l'assassinat d'une députée pro-européenne, ce que les observateurs estiment plus favorable aux pro-européens qu'aux anti. Les derniers sondages donnaient cependant le "leave" gagnant.

C'était jour de grande échéance Eurex, source d'une certaine volatilité. Les mises en chantier de logements en mai aux Etats-Unis ont reculé un peu moins que prévu, sans effet sur les cours.

Le Swiss Market Index (SMI) a terminé en hausse de 1,03% à 7713,61 points, avec un plus haut à 7768,12 peu avant midi et un plus bas à 7710,36 peu après l'ouverture.

Sur l'ensemble de la semaine, l'indice vedette de SIX a tout de même perdu 2,6%. Le SLI a gagné 1,34% à 1165,82 points vendredi et le SPI 1,04% à 8359,96 points. Sur les trente blue chips, 26 ont fini dans le vert.

Le front des nouvelles d'entreprises est resté peu animé et ce sont surtout des actions qui avaient fortement baissé récemment qui ont tenu le haut du tableau, à l'image des bancaires Credit Suisse (+4,4%) et UBS (+3,8%) ainsi que, un peu moins nettement, Julius Baer (+2,2%).

Les actions des deux grandes banques avaient particulièrement souffert la veille après que la Banque nationale suisse (BNS) a constaté que leur dotation en capital s'est améliorée, mais qu'il y a encore des mesures à prendre.

Les deux instituts pourraient avoir besoin chacun de 10 milliards de francs de fonds propres supplémentaires, s'ils n'adaptent pas leurs positions de risques.

Les assurances Swiss Life (+2,2%), Zurich Insurance (+1,9%), Swiss Re (+1,5%) et Bâloise (+1,1%) ont aussi eu le vent en poupe. Zurich a vendu ses filiales au Maroc et à Taïwan.

En l'état actuel des choses, les effets des inondations en Europe devraient être faibles pour les assureurs, a commenté la Banque cantonale de Zurich. Bâloise et Helvetia (+1,2%) ne prévoient par exemple que des coûts à hauteur du million à un chiffre en Allemagne.

Les cycliques ont aussi participé à la fête. Fortement sous pression depuis le début de l'année, LafargeHolcim a repris 1,9%. Sika (+2,9%), Swatch (+1,8%), Richemont (+1,4%), Adecco (+1,3%) et ABB (+1,1%) ont aussi été recherchées.

Les investisseurs ont boudé Syngenta (-0,5%), Kühne+Nagel (-0,1%) et Geberit (-0,1%). L'action Syngenta est plus ou moins coincée depuis début février au niveau proposé par ChemChina dans le cadre de son offre de rachat.

Les poids lourds défensifs évoluaient diversement: Novartis a fait mieux que la moyenne et gagné 1,6%. Roche (+0,6%) est sous la moyenne et Nestlé a perdu 0,1%. Sonova, qui était traitée hors dividende jeudi, a repris 0,3%. Dans une étude sectorielle, HSBC a relevé la recommandation et l'objectif de cours du fabricant d'appareils auditifs.

Sur le marché élargi, Dorma+Kaba (+3,1%) a retenu l'attention. L'entreprise a annoncé une vaste restructuration en Allemagne, moyennant la suppression de plus de 400 emplois, ainsi qu'une délocalisation partielle de sa production d'outre-Rhin vers l'Asie. Les mesures doivent permettre au producteur de solutions d'accès physique de concrétiser ses ambitions à moyen terme. Cette annonce montre que l'intégration prend lentement forme, a commenté un analyste.

Rieter a gagné 1,8%, après que BlackRock a étoffé sa participation à 5% contre 4,5% précédemment. Les plus gros gagnants sont Wisekey (+9,1%), Meyer Burger (+9,2%) et New Venturetec (+9,0%) et les plus gros perdants Accu Holding (-12%), Gottex (-8,5%) et Datacolor (-6,5%).

ATS