Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Bourse suisse a terminé dans le rouge jeudi, nettement au-dessus du plus bas du jour. Peu après l'ouverture, le SMI avait encore affiché de légers gains, mais, par la suite, il est repassé au rouge et a accentué ses pertes.

Le SMI a fini en recul de 0,33% à 8159,67 points, avec un plus bas du jour à 8080,90 points à 15h05 et un plus haut à 8210,93 points juste après l'ouverture. Le SLI a perdu 0,55% à 1252,49 points et le SPI 0,44% à 8727,27 points. Sur les trente blue chips, 25 ont terminé dans le rouge, quatre dans le vert alors que Julius Bär est stable.

Le recul de Nestlé en particulier a plombé l'indice. Les courtiers parlent de prises de bénéfices après une évolution étonnamment ferme, surtout depuis le début de la semaine. La nette hausse étant intervenue sans raisons fondamentales, le doute a saisi les investisseurs. Pour rappel, la semaine passée, le SMI avait déjà gagné 2,5%.

Les déclarations de la Banque centrale européenne (BCE) n'ont pas soulevé de vague. Elle a décidé de ne pas assouplir encore le cours de sa politique monétaire, maintenant inchangé le taux directeur à son niveau bas record de 0%. Les données conjoncturelles américaines du jour n'ont pas eu d'effet non plus.

Actelion (+3,3%) a réalisé la meilleure performance du jour après ses chiffres et le relèvement des prévisions annuelles. Opsumit, le successeur de Tracleer, croît rapidement et Uptravi a connu un excellent départ. Les déclarations du COO selon lesquelles l'arrivée d'un générique de Tracleer aux Etats-Unis pourrait se faire attendre encore six à neuf mois a fait bondir le titre dans l'après-midi.

Novartis en hausse

Novartis (+0,7%) a gagné du terrain après ses chiffres trimestriels caractérisés par un chiffre d'affaires moins bon que prévu, mais par un bénéfice meilleur qu'attendu. La confirmation des prévisions annuelles a aussi rassuré. Dufry (+0,3%) est en reprise depuis la mi-février lorsque l'action avait marqué son creux depuis le début de l'année. Actuellement, elle a repris près de 30%.

Parmi les perdants, Aryzta (-3,4%) a pris la lanterne rouge. Après la chute de 16% des exportations horlogères en mars, Richemont a perdu 1,9% et Swatch 3%.

Comme la veille, Lonza (-2,7%) est l'un des gros perdants et a mis un terme à la bonne marche des deux mois précédents. Aucune information concrète n'explique ce recul, si ce n'est que le titre a inscrit mardi dernier un nouveau plus haut historique. ABB a fini sur un gain de 0,1% au lendemain de la hausse dans le sillage des bons chiffres trimestriels.

Sur le marché élargi, Leonteq (-12%) a payé cher son avertissement non chiffré sur résultats. Le spécialiste des produits structurés n'a pas été épargné par les commentaires des analystes. Logitech (-3,5%) risque une plainte collective d'actionnaires après des irrégularités comptables dans son bilan 2011. Panalpina (-1,2%) a été pénalisé par un chiffre d'affaires et un bénéfice net en recul plus marqué que projeté.

Sulzer (+5,1%) semble avoir retrouvé le chemin de la croissance au premier trimestre, même si les entrées de commandes sont demeurées en deçà de leur niveau sur la même période l'an dernier.

ATS