Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Union des étudiants de Suisse (UNES) a déposé vendredi son initiative visant à harmoniser le système des bourses d'études. Muni de 140'000 paraphes, le texte vise à accroître l'égalité des chances en supprimant les importantes disparités actuelles entre cantons.

"Avec son initiative, l'UNES souhaite que chaque personne ait la possibilité d'accéder à une formation tertiaire et de la terminer, indépendamment de ses moyens financiers", a indiqué vendredi l'UNES devant les médias à Berne.

Ce n'est à l'heure actuelle pas le cas: "La probabilité de terminer des études avec succès dépend essentiellement de l'origine socio-économique", constate Romina Lovina, membre du comité exécutif de l'UNES. L'initiative doit permettre de créer un système "juste" pour l'accès à la formation.

Le texte demande que les montants des bourses "garantissent un niveau de vie minimal", sans toutefois fixer de chiffre. Il prévoit en outre un transfert de compétences entre les cantons et la Confédération. Si l'initiative est acceptée, Berne devra légiférer en matière d'octroi de bourses d'études.

Concordat intercantonal

Lancée en juillet 2010, l'initiative a récolté près de 140'000 signatures. Selon un premier contrôle mené auprès des communes, 115'678 sont valides, indique l'UNES.

Un projet d'harmonisation des bourses d'étude existe déjà, initié par les cantons. La Conférence des directeurs cantonaux de l'instruction publique s'est mise d'accord sur un concordat intercantonal faisant passer les montants minimaux des bourses d'études de 13'000 à 16'000 francs. L'UNES juge toutefois cette hausse insuffisante en regard du coût de la vie.

Le concordat a à ce jour été approuvé par cinq cantons (Vaud, Bâle-Ville, Fribourg, Grisons et Neuchâtel). Les gouvernements du Tessin et de Bâle-Campagne ont demandé à leurs parlements de ratifier l'accord. Pour entrer en vigueur, le concordat doit être approuvé par dix cantons au minimum.

ATS