Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'Irlandais Michael Conlan a crié à l'injustice après sa défaite en quart de finale des -56 kg mardi aux Jeux olympiques de Rio. Selon lui, les juges sont "des corrompus".

Battu aux points sur décision unanime du jury par le Russe Vladimir Nikitin, Conlan (24 ans) a manifesté avec virulence sa désapprobation, tardant à descendre du ring et s'adressant ensuite aux arbitres. "Ils m'ont volé mon rêve olympique", a assuré l'actuel champion du monde de sa catégorie, médaillé de bronze en -52 kg à Londres en 2012.

"Les juges sont corrompus, c'est aussi simple que cela", a-t-il poursuivi. "Et la corruption va très loin". Selon Conlan, son adversaire lui-même était "complètement surpris" de la décision des arbitres. "Il a exulté comme s'il avait gagné la médaille d'or", a-t-il relevé: "Vous pouviez voir à sa réaction qu'il ne pensait pas avoir gagné."

L'Irlandais estime ainsi avoir "remporté facilement les deux premiers rounds". "Au troisième round, c'était probablement plus serré qu'au deuxième", a-t-il juste admis, en s'appuyant sur le soutien du public pour justifier sa colère. "Vous ne pensez pas que si j'avais tort il m'aurait hué", a-t-il interrogé.

"C'était dur de se qualifier. Tous ceux qui sont là sont des boxeurs de qualité. C'était un adversaire de qualité aujourd'hui, mais il n'a pas gagné", a-t-il résumé, en assurant que son "opinion ne changerait pas" dans les prochains jours.

Sollicité, un porte-parole de l'Association internationale de boxe amateur, l'instance qui organise les épreuves aux JO, a répondu que l'AIBA faisait "tout son possible pour garantir l'égalité de traitement" entre les boxeurs.

"Ce qu'il a dit ne reposait sur aucun fondement. Mais il est libre de ses opinions", a souligné le porte-parole.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS