Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un responsable de la prison de Vendin-le-Vieil, dans le Pas-de-Calais en France, a été retenu près de 3h en otage mercredi par un "détenu particulièrement dangereux". Il a été libéré sain et sauf.

"A 14h20, la prise d'otage du directeur adjoint du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil s'est achevée. Elle avait commencé à 11h00", a annoncé l'administration pénitentiaire.

Des équipes spéciales de l'administration pénitentiaire s'étaient rendues sur place, ainsi que des éléments du Raid, unité d'élite de la police. Reddition ou intervention des forces de l'ordre, les circonstances exactes de la fin de la prise d'otage n'ont pas été précisées.

Aucune violence physique

"Le directeur-adjoint n'a subi aucune violence physique. Il a immédiatement été pris en charge", a ajouté la direction de la prison. Elle a précisé que le "preneur d'otage s'est rendu et allait être placé en garde à vue".

Ce détenu d'origine guadeloupéenne (île française dans les Caraïbes) de 34 ans avait pris en otage le directeur adjoint de cette centrale ultra-sécurisée située non loin de la frontière belge, près de Lille, en fin de matinée. "Cette prise d'otage s'est faite à l'occasion d'un entretien entre le directeur adjoint de l'établissement et cette personne détenue", selon le procureur local.

L'assaillant a menacé le directeur-adjoint à l'aide d'un couteau de cantine qui avait été aiguisé", a-t-il ajouté. Le détenu a fait part de sa volonté d'être transféré dans un autre établissement, sans en préciser le lieu, a indiqué le procureur.

Condamné à 28 ans de prison

Condamné à 28 ans de prison, le preneur d'otage est "très connu sur le circuit pénitentiaire", où il a fréquenté plus de dix établissements. Il est responsable de plusieurs agressions et prises d'otage contre le personnel pénitentiaire, notamment en 2013 dans une prison de l'Orne (ouest) qui ont eu pour conséquence d'aggraver ses condamnations de 8 à 28 ans.

Il purge sa peine dans l'Hexagone depuis 2011 et a régulièrement exprimé son souhait d'être emprisonné en Guadeloupe, témoignant même par téléphone à ce propos en juillet 2015 dans une émission de télévision. Il était arrivé en mai dans la prison de dernière génération de Vendin-le-Vieil, ouverte au printemps dernier.

A cette occasion, compte tenu de sa dangerosité, les agents chargés de sa surveillance avaient reçu "des équipements de protection". Mais ceux-ci leur avaient été "retirés il y a un mois", selon ce témoignage. "Son comportement ne nécessitait plus d'équipements de protection", a ajouté le syndicaliste, qui a parlé d'un homme "très manipulateur".

Le centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil a été mis en service en mars 2015, et est destiné à accueillir des détenus difficiles ou condamnés à des longues peines. Il héberge 51 détenus pour une capacité de 203 places. L'établissement compte actuellement 234 personnels pénitentiaires, selon l'administration du centre.

ATS