Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Suisses n'ont pas su suivre l'exemple de Giulia Steingruber, médaillée de bronze la veille au saut. Pablo Brägger et Oliver Hegi ont manqué leur finale à la barre fixe aux Mondiaux de Montréal.

Ils ont fini espectivement 4e et 8e.

La déception est d'autant plus grande pour les deux Helvètes que les trois médaillés (le Croate Tin Srbic et les Néerlandais Epke Zonderland et Bart Deurloo) sont Européens, et que Brägger et Hegi avaient justement dominé l'élite continentale en avril dernier en terminant respectivement 1er et 2e des joutes européennes en Roumanie. Mais ils n'ont pas retrouvé dimanche à Montréal leur niveau des qualifications. Brägger a manqué le podium pour près d'un demi-point

Ces qualifications (2e Brägger, 4e Hegi) avaient fait naître les espoirs les plus fous. Les statisticiens avaient déjà dépoussiéré les archives pour retrouver trace de la dernière médaille d'un Suisse à des Mondiaux, en l'occurrence le bronze de Dieter Rehm au saut en 1999. En imaginant que cette performance allait être dépassée au stade olympique de Montréal, peut-être même plutôt deux fois qu'une.

Las, Pablo Brägger a commis une erreur dans son exercice au taux de coefficient très élevé, perdant un demi-point au passage, avant d'effectuer encore un pas de côté à la réception. Le champion d'Europe secouait la tête au sortir du praticable, conscient que la médaille lui avait échappé. Une heure plus tôt, il avait disputé la finale des barres parallèles, sa deuxième spécialité, obtenant une flatteuse 6e place.

Quelques minutes après son coéquipier, Oliver Hegi, 24 ans lui aussi, manquait dans les grandes largeurs sa finale, de l'exécution à la réception. La soirée ne s'est pas bien passée pour les Suisses, mais cela ne modifie pas fondamentalement le constat: depuis deux à trois ans, la gymnastique masculine suisse est en plein renouveau.

Il y avait eu en 2015 la magnifique qualification pour par équipes pour les JO de Rio de 2016, puis le bronze par équipes aux Européens de Berne l'an dernier, une grande première. Et surtout ce magnifique doublé, Brägger devant Hegi, aux Championnats d'Europe, à la barre fixe, en avril dernier en Roumanie.

Les Championnats d'Europe organisés à domicile en 2016 ont donné un coup de fouet à la gym helvétique, à l'instar de ce qui s'était passé pour l'athlétisme avec les Européens 2014 à Zurich.

Cette soirée de Montréal a confirmé que la barre fixe est bien l'"engin roi". Le public a assisté à des démonstrations spectaculaires, autour de cette barre posée à 2m78 du sol. Le Néerlandais Epke Zonderland a réussi l'impensable tour de force de se rattraper d'une seule main après une haute voltige qui aurait pu provoquer une lourde chute. Son sauvetage a suscité l'incrédulité dans le public et parmi ses adversaires. Dans ces conditions, sa médaille d'argent est presque inespérée.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS