Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les actions en justice se multiplient suite au spectaculaire braquage d'un bureau de change de Thônex (GE) en novembre 2010. Après avoir porté plainte contre les policiers qui lui ont tiré dessus, le prévenu dépose plainte pour violation du secret et fonction et diffamation.

Cette plainte pénale révélée samedi par "Le Temps" et confirmée à l'ats par l'avocate du suspect Yaël Hayat fait suite à la diffusion d'un reportage en septembre dernier sur M6. Des images de vidéosurveillance du casse sont diffusées et le chef de la brigade criminelle genevoise commente l'affaire. Celle-ci n'a pourtant pas été jugée.

Cette plainte contre la police genevoise fait suite à une première plainte déposée par le braqueur pour délit manqué de meurtre. Le Lyonnais de 24 ans reproche aux forces de l'ordre de lui avoir tiré dessus, alors qu'il était seul et non armé. Selon son avocate, ces tirs s'inscrivaient en marge de tout protocole. L'homme avait été blessé lors de l'intervention.

Trois policiers avaient alors répliqué par une autre plainte pénale, cette fois pour tentative d'assassinat à l'encontre du suspect. Ils estiment avoir vécu un risque mortel en étant visé par des tirs à la kalachnikov.

Le braquage du bureau de change de Thônex avait marqué les esprits par sa violence. Les malfrats avaient agi en fin de journée, à une heure de pointe. Ils avaient fait exploser une vitre blindée et fait feu sur les policiers avec des armes lourdes, provoquant une réplique des agents. Les autres bandits ont réussi à prendre la fuite.

ATS